72 – Jean-Claude THIERRY. Collection privée.

Lire la suite ▸

Lire la suite ▸

Si de nos jours les pétrins Artofex  sont restés dans les Mémoires du métier et ont été et reste les meilleurs pétrins du monde, ce n’est pas le cas pour les fours Artofex, dont nous nous faisons un plaisir de présenter sur le CREBESC

Lire la suite ▸

L’apprentissage du métier de boulanger dans les années 1920-1930

Grâce à la recherche de Vincent Janssens, voilà la possibilité de lire des témoignages récoltés par Isabelle Bertaux en 1978 et conservé au Centre de Documentation des Sciences Humaines du C.N.R.S.
Il reprend notamment cinq récits poignants sur l’apprentissage et ses conditions, il y a un siècle.
On va deux fois dans les environs de Paris, deux fois en Saône et Loire et une fois en Cote d’Or.
Je vous préviens c’est du Germinal enfariné que vous allez lire.
Cela permet en tout cas de relativiser pas mal les conditions de vie et de travail, et cent ans après, apprécié les évolutions.
Cliquez ici pour lire l’enquête d’Isabelle Bertaux.

Pour s’ouvrir à un champ ou horizon de recherche plus large que la farine de froment et les variantes que celle-ci permet, il est utile d’aller voir ailleurs. Mais d’abord, pourquoi le froment s’est-il imposé de cette manière dans l’histoire de l’alimentation de l’homme ?

Lire la suite ▸

Paris, Saint-Honoré 1869 (Journal Le Gaulois, 17 mai 1869)

« Les compagnons et les aspirants boulangers du devoir de la ville de Paris célébraient hier la fête annuelle de leur patron Saint-Honoré

On s’était donné
rendez-vous chez la mère, rue Geoffroy-Langevin. La mère des compagnons boulangers est généralement la maitresse de l’établissement l’on se réunit : une marchande de vins ou une aubergiste.
La mère doit aide et protection aux compagnons en détresse, et jamais de mémoire de boulanger, une mère n’a failli à ce devoir.

Lire la suite ▸

Saint Honoré (VIe siècle, mort le 16 mai, ca. 600).
Huitième évêque d’Amiens, patron des boulangers.

Lire la suite ▸

Lire la suite ▸

 

800

C’est une ancienne coutume Russe où un petit morceau de pain et du sel sont offerts lorsqu’une personne franchit la porte pour la première fois. C’est un cérémonial pour accueillir un nouveau venu, de nos jours c’est surtout utilisé pour les cérémonie officiels, pour les mariages  et aussi parfois pour les touristes pour le folklore.

Lire la suite ▸

Par les précurseurs aromatiques qu’il contient, tels que les pigments caroténoidiens, le blé influence la gamme des arômes que l’on retrouve dans le pain qui en est issu.

Lire la suite ▸

Niché au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, ce musée retrace l’histoire du compagnonnage.
Il est installé dans l’ancien siège des Compagnons Charpentiers du Devoir de Liberté aussi appelés « Indiens ». Un compagnon vous fait part de ses passions, vous raconte l’histoire et commente les outils et les chefs-d’œuvre exposés. Vous pourrez également y trouver divers ouvrages sur le compagnonnage et ses métiers. 10, rue Mabillon – Paris 6e – Tél. 01 43 26 25 03
Ouverture : 
Du lundi au vendredi 14h-18h – Fermé le Samedi, dimanche et jours fériés. Entrée gratuite.

Pièce artistique en boulangerie

Thierry Meunier Compagnon boulanger resté fidèle au Devoir, lors de la fête du pain à Paris (2012).

Lire la suite ▸

Raymond Richard est né en 1942. Enseignant; Poète, romancier et auteur dramatique. Auteur de saynètes et chansons pour enfants. – Fondateur des éditions du Cep beaujolais et de la revue « Les loisirs de l’enfant ». Il décède le 11 décembre 1970.

Depuis déjà l’avènement de pain de tradition française on en parle de plus en plus, et presque comme un prolongement de l’esprit du décret de 1993.

On pousse l’exigence vers des farines brutes prises à la sortie du blutoir à mailles un peu plus larges pour conserver les nutriments des couches périphériques internes du grain. En allant même jusqu’à relancer des contrats avec les céréaliculteurs pour sortir des blés de pays n’ayant pas subi la sélection exigée par l’industrie avec des glutens de haut poids moléculaires et des pailles raccourcies. 

Lire la suite ▸

Dans un précédent article, nous vous avons parlé du célèbre poète boulanger de Nîmes:
Jean Reboul.
Un autre éminent mitron détonna, par sa jeunesse et sa fougue, sur les Cévennes et les hauteurs de Nîmes.
Né le 28 novembre 1681 à Ribaute , jean Cavalier devient boulanger à Anduze.
Protestant il doit s’exiler à Genève, après s’être fait repérer dans des réunions interdites.
Il revient, un an plus tard, pour se retirer, avec les insurgés dans les Cévennes suite au meurtre de l’abbé du chayla .

Lire la suite ▸