« Four d’idées ! – Mais c’est toujours de la même farine. »

Lire la suite ▸

Médaille du Club des Compagnons du Devoir Réunis Mars 1848

Lire la suite ▸

EN 1800 LA « MÈRE L’ÉTAPE » CORRIGE LE MÉCHANT BOULANGER

Dans la littérature, le boulanger est en général présenté comme un personnage sympathique, généreux, le point central de la vie d’un quartier ou d’un village, parfois un peu bourru… sauf avec certaines de ses jolies clientes. Or, dans le roman La Mère l’Étape, d’Ernest CAPENDU, il en est tout autrement.

Lire la suite ▸

Médaille « Ne peut avoir sa Part de Pain Quotidien » Honneur aux Voraces An LVII, Croix-Rousse, Lyon. Révolution de 1848,

Lire la suite ▸

 

Du cahier d’écolier d’où nous avions déjà extraits les historiettes en vers Le Pain de chez nous et Je serai boulanger, publiés sur ce site, voici aujourd’hui celle du Petit pâtissier signée de Paul BILHAULT.
La morale en est que le méchant est toujours puni ; hélas, hors des poèmes, ce n’est pas toujours le cas…

Lire la suite ▸

Médaille « du Travail, du Pain ou du Plomb » Juin 1848

Insurrection de la République Rouge

Lire la suite ▸

« DANS LE BUFFET, LES RATS VIENNENT LE MANGER »,

PAR POULBOT

La scène se passe dans l’intérieur d’un pauvre foyer. La grande sœur maigre lave la vaisselle dans une bassine posée sur un tabouret. Une casserole est posée sur le lit. Le poêle est un peu plus loin. Un petit gars dit à sa sœur, en lui désignant du doigt un gros pain accroché au plafond par une ficelle : « C’est parce que, dans le buffet, les rats viennent le manger. »

Lire la suite ▸

3 c – Jean-Claude THIERRY. Collection privée

23mm. Etain. Les Journées de Juin 1848. Avers : inscription sur trois lignes au revers circulaire : INSURRECTION / 23 / JUIN / 1848. Revers : inscription sous quatre larmes, DU PAIN / OU / LA MORT

« Médailles Politiques et Satiriques » de la 2è République Française.

Souvenirs numismatiques de la Révolution de 1848, suite (Saulcy)

« Médaille coulée dans un moule à plâtre. Elle donne la date de la première journée de l’insurrection de Juin (23) et celle de la fin de cette formidable insurrection (26 Juin).

Lire la suite ▸

Trophée international « Mondial du Pain »

Sur la miche de pain, la fameuse grigne du boulanger.

Par Nicolas Salagnac

Lire la suite ▸

Lire la suite ▸

LOUIS-PHILIPPE EN PAIN D’ÉPICES (1833)

Les journaux satiriques d’aujourd’hui ne ménagent pas les hommes politiques de tous bords, l’armée, les religieux de toutes confessions, car la presse a acquis une liberté qu’elle a conquis au prix fort.

Au XIXe siècle, sous Louis-Philippe (1830-1848), il n’en était pas de même. Si la charte de la nouvelle monarchie constitutionnelle instituait la liberté de la presse et l’abolition de la censure, dans les faits les procès se multiplièrent contre les caricaturistes. On connaît les fameuses « Poires » du dessinateur Philipon, représentant le roi sous la forme du fruit, et les dessins féroces de Daumier. Devant l’essor des idées républicaines, la loi sur la presse de septembre 1835 finit par instituer comme un délit « l’offense au roi, lorsqu’elle a pour but d’exciter à la haine ou au mépris de sa puissance et de son autorité constitutionnelle ».

C’est deux ans avant cette loi que fut diffusée l’image ci-dessous.

Lire la suite ▸