Le pain de Hollande

1390829214_pre_258

Ben non! je ne vous parlerais pas du pain de l’actuel président français.
Mais plutôt d’archives de la guerre 1914-18 dont on va célébrer le centenaire.

J’ai retrouvé un vieux dicton wallon qui disait «Aveûr lu tièsse come on pan d’Hollande».
Comme tous les proverbes, il faut d’abord donner la traduction littérale : Avoir une tête, comme un pain de Hollande. puis traduire le sens proverbial : Avoir le teint de la peau, blafard, pâle.

En fait c’est un allusion au pain blanc du type américain envoyé comme pain de ravitaillement dont la farine transitait par la Hollande et ses ports, pays qui profitait d’une neutralité parfois traitée de bienveillante pendant la guerre 1914-19I8.

A l’opposé, dans le camp prussien, on trouve le pain K.K. (Kleie und Kartoffel, soit son et pomme de terre) qu’a magnifiquement exposé Laurent Bourcier ICI.

Je n’ai pas retrouvé beaucoup d’archives sur le net concernant ce pain blanc de Hollande.
Seul ce document du professeur Vanneste sur les «200 Km de clôture électrifiée entre Belgique et Hollande », montrant le transfert de charrette de ces pains à la frontière. Cliquez sur ce lien

Le pain blanc de Hollande est mentionné dans La vie quotidienne à Stavelot pendant la guerre 1914-1916, (Michel VANDERSCHAEGHE, Stavelot, 1982).
La mention «pain fort blanc», lui vient probablement du fait qu’il est un des premiers à être fabriqué avec des farines moulues sur cylindres, procédé en vogue aux Etats-Unis et Hollande avant chez nous, et qui donne une farine plus fine et plus blanche que la mouture sur meule, voir pour approfondissement, ICI.
Cette dernière mouture sur meules garde toujours en son sein une pigmentation de sons broyés intimement avec l’albumen amylacé.

Annie MERLIN & A.-J. BEAUJOUR dans, Les mangeurs de Rouergue, éd. Duculot, 1978, apportent le témoignage d’un vieux meunier «J’ai fermé le moulin à cause des minoteries. A ce moment là, le pain n’était pas blanc, il était gris et les gens n’en ont plus voulu».

Pour revenir à ce pain de Hollande cité à Stavelot pendant la guerre 14-18, ce pain pouvait être acheté en plus de la portion normale de pain complet variant de 200 à 350 grammes par jour et par personne.
La première livraison se fit le 10 juillet 1915. Il pesait 2 kgs. et était vendu tous les jeudis.
Une famille avait droit à un pain jusqu’à 5 personnes, à deux au-delà.

Le 27 avril 1916, ce pain devint plus noir pour redevenir blanc le 6 juillet de la même année.
Peu après, le 19 août, l’arrivage de ces pains fut suspendu et ce, jusqu’en octobre.
La rareté des aliments entrainera la consommation du rutabaga fort peu connu jusqu’alors. Au début de 1917, les pains de Hollande n’arrivent plus qu’une fois par mois et étaient de qualité plus médiocre.

Après mars, il faudra attendre le 7 août pour en revoir. En septembre 1917, – dernière mention de ces pains-, ils ne pesaient plus qu’un kilo, les aliments devenaient rares et chers, il était temps que la guerre finisse.

Marc Dewalque Artisan Boulanger Belgique

Envoyer un commentaire concernant : "Le pain de Hollande"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com