SOCIÉTÉ DES COMPAGNONS BOULANGERS, PÂTISSIERS RESTÉS FIDÈLES AU DEVOIR

Tour de France Inside

Tour de France Inside est la rubrique de témoignage de nos itinérants.

Un résumé et ressenti des villes où ils sont passés et de celle en cours.

Adrien Chaffraix

Adrien Chaffraix et sa compagne.

Dijon, Villers le lac, Valence, Paris et pour finir Bordeaux, voilà le chemin que j’ai parcouru durant les cinq années de mon tour de France. Adopté à Dijon en 2011 puis reçu à Villers-le-lac en 2014, les deux premières années ont été d’une rare intensité. J’avais la volonté de progresser autant sur le plan professionnel qu’humain, et quelques soient les épreuves pour y arriver je me sentais prêt à les surmonter.

Je m’y suis donc attelé, mais pas tout seul, car sur le tour de France et chez les compagnons en général, on est jamais seul. C’est une des forces que m’aura apporté ce voyage, l’abandon de la solitude, l’ouverture aux autres dans tous ce que cela peut avoir d’enrichissant.

La suite de mon voyage s’est donc effectué en tant que compagnon itinérant. Là j’ai découvert d’autres choses dont je ne me soupçonnait pas capable : devoir gérer d’autres personnes que moi même, et surtout leur retransmettre ce que les anciens, le métier et cette vie de voyage m’ont appris. Et c’est là que j’ai commencé à percevoir la complexité mais aussi la beauté de cette aventure qu’est la vie de compagnon.

Je me suis donc arrêté à Bordeaux en 2017, où je me suis sédentarisés pendant un an pour ensuite m’installer à mon compte avec ma compagne près de Lyon, afin de nous rapprocher de nos familles respectives. Désormais, c’est à mon tour de faire venir les jeunes à la maison et au fournil, de vivre ces moments comme au travers d’un miroir où je me vois plusieurs années auparavant poser ces mêmes questions qui me taraudaient l’esprit.

Si je devais résumé l’expérience et le sentiment que j’ai du tour de France en quelques mots, je dirais que ça à été pour moi l’école de la vie, avec ces moments de joie et ces moments plus dur, où j’ai toujours pu compter sur quelqu’un quand j’étais dans le besoin, mais aussi où j’ai toujours donné le maximum et le meilleur de moi-même pour essayer de rendre un petit peu de ce qu’on m’avait donné, à ma manière certes mais jamais sans retenu ni avarice.

Le tour de France à en grande partie fait de moi ce que je suis aujourd’hui, et je ne pourrai jamais rendre en une seule vie ce qu’il m’a apporté.

Adrien Chaffraix Auvergne Cœur Généreux compagnon boulanger resté fidèle au Devoir.

Envoyer ci-dessous votre question :

Menu