Troyes, la réfractaire!

Sans titre3

En février 1861, le Compagnon boulanger Constant BOUTIN, Saumur Plein d’Honneur, est mandaté par Paris, ville directrice des Compagnons Boulangers du Devoir pour visiter toutes les Cayennes du tour de France, déposer les copies de la nouvelle constitution octroyée par les Compagnons Cordonniers du Devoir, Blanchers-chamoiseurs et Tondeurs de draps, vérifier les comptes des Cayennes, déposer les nouveaux cachets qui auraient été tous fabriqués à Paris, puis DÉTRUIRE les anciens !

Nous savons que le cachet au coeur flamboyant de Troyes n’a pas été détruit, puisque nous le trouvons à plusieurs reprise en « doublon » sur plusieurs Marques Secrètes, en exemple : Blaise BARAUX, Toulousain Sans Façon 1860, Ambre SALLE, Poitevin la Fermeté 1874.

Sans titre4

Ce cachet se trouvait en 2000 au sein des archives de la Cayenne des Compagnons boulangers du Devoir de Paris, les archives de la Cayenne de Troyes ayant été transmises à la Cayenne de Paris, lors de sa fermeture après la seconde guerre mondiale.

Sans titre5

Blaise BARAUX, né à Bagnères de Luchon, reçu à Bordeaux à l’Assomption 1860 à l’âge de 19 ans sous le noble nom de Toulousain Sans Façon, sont signataires PEV Agenais Franc-Coeur, SEV Montauban le Vengeur,  Rouleur Saintonge la Justice.

Sans titre6

Ambre SALLE, né à Coulonges, reçu à Troyes à la Saint Honoré 1874 à l’âge de 20 ans, sous le noble nom de Poitevin la Fermeté. Sont signataires PEV : Dauphiné la Fermeté du Devoir, SEV : MITIEL Pierre, Rochelais l’Ami du Devoir (Reçu Noël 1852 à Troyes), Rouleur : CAZANOVA Pierre, Suisse la Clef des Puissances (reçu Assomption 1863 à Saumur).

Pourquoi ce cachet n’a t’il pas été détruit comme tous les autres par Saumur Plein d’Honneur ?

Celui-ci est pourtant bien passé à Troyes le 27 avril 1861 pour déposer la nouvelle constitution et le nouveau cachet, et faire le relevé de la trésorerie !

Les compagnons de la cayenne de Troyes auraient-ils été des conservateurs entêtés ?…

Auraient-t-ils refusé de remettre ce cachet à Saumur Plein d’Honneur lors de son passage ?
Ou est-ce encore le caractère sacré du tampon, représentant un cœur flamboyant, associé au cœur du Christ, qui a retenu la main destructrice de Saumur Plein d’Honneur, voyant dans cette destruction la « profanation » d’un objet et d’un emblème sacrés ?…

Nous trouvons une partie de la réponse entre les lignes d’un courrier de la Cayenne de Troyes daté du 16 août 1861, adressé à l’ensemble des Cayennes du tour de France :

Sans titre7

Gloire à Dieu, Honneur au beau Devoir, respect à Maître Jacques.

Sans titre8

Sans titre9

C’est donc le problème de la reconnaissance et de la nouvelle constitution qui est à l’origine de cette exception.

En effet, nous constatons que la Cayenne de Troyes est contre le fait que pour être reconnus du Devoir, les Compagnons Boulangers du Devoir doivent être dits « fondés par eux mêmes ». Les Compagnons de Troyes estiment que cela est de la lâcheté.

Mais l’élément qui est aussi très important est la référence dans ce courrier à un noviciat qui doit finir le 30 octobre 1861, noviciat qui avait vraisemblablement été établi avec les Compagnons Doleurs du Devoir. Peut être s’agissait-il d’un noviciat de cinquante ans, la Toussaint 1811 étant la date retenue pour la fondation des Compagnons boulangers du Devoir.

Reprenons les faits rapidement : le 9 décembre 1860, les compagnons de la Cayenne de Paris obtiennent la reconnaissance en tant que « Compagnons boulangers du Devoir fondés par eux mêmes », par les Compagnons Cordonniers-bottiers, Tondeurs de drap et Blanchers-Chamoiseurs.

Suite à cette première reconnaissance, vers le 8 février 1861 Saumur Plein d’Honneur quitte Paris pour entamer la visite de l’ensemble des Cayennes et y déposer la nouvelle constitution et le nouveau cachet de forme circulaire et de composition unique. Il fait son voyage dans le sens opposé à celui des aiguille d’une montre et c’est par Troyes qu’il termine le 27 avril 1861.

Les Compagnons boulangers du Devoir de la cayenne de Troyes refusent de remettre l’ancien cachet, et protestent par courrier auprès de la Cayenne Blois Fondation, qui est la Cayenne Mère. La Cayenne de Blois transmet ce courrier à la Cayenne de Paris ville administrative, qui elle, réagit à son contenu en mettant à l’amende les trois hommes en place et en exigeant la remise de l’ancien cachet.

Face à cette réaction de la ville de Paris la situation s’envenime, les Compagnons boulangers du Devoir de la ville de Troyes décident d’en faire appel au tour de France, en envoyant le courrier que nous venons d’étudier.

Il semble pourtant que la situation soit rentrée dans l’ordre rapidement, à la suite, peut-être, de la reconnaissance du 31 août 1862 des Compagnons boulangers du Devoir « fondés par eux-mêmes », par les Compagnons Chapeliers et Doleurs du Devoir. La situation était désormais irréversible…

Les Compagnons boulangers de Troyes conservent alors l’ancien cachet et dans un esprit de conservatisme identitaire, continuent à l’apposer sur la Marque secrète, tout en apposant également le nouveau cachet circulaire mis en place. L’adoption de ce dernier symbolise l’alignement de la Cayenne de Troyes sur les décisions de la Cayenne de Paris, ville administrative.

Cinquante ans plus tard, l’emploi de l’ancien cachet est toujours d’actualité, comme nous pouvons l’observer sur la Marque secrète du Compagnon SAUNIERES, Carcassonne l’Ami du Courage.

Sans titre10

Marque Secrète de SAUNIERES Francois, Carcassonne l’Ami du Courage, reçu le jour de l’Assomption 1910 à Troyes.

PEV Champagne la Fermeté, SEV : MILLET Charles, Champagne le Soutien des Couleurs (reçu à Troyes Saint Honoré 1908), Rouleur : CHARDIN Emile, Champagne la Fierté du Devoir (reçu à Troyes Noël 1902).

Nous pouvons facilement comprendre que l’apposition des deux cachets, l’ancien et le nouveau, est en passe de devenir une tradition représentant un rattachement symbolique au passé, aux anciens, chose des plus importantes dans la psychologie compagnonnique : Sans ce besoin de s’ancrer dans le passé, l’ensemble des Compagnonnages aurait disparu depuis longtemps…

Le lien entre le compagnon reçu ou de passage à Troyes avec les Compagnons contemporains de cette Cayenne est symbolisé par le « nouveau » cachet circulaire et celui avec les Compagnons du passé, ceux qui ont fait l’histoire de cette Cayenne, est symbolisé par l’ancien cachet au cœur flamboyant.

Voila le mystère du cachet au Coeur flamboyant levé !

Les signataires du courrier de la Cayenne de Troyes sont :

Imprimés :

Dauphiné Belle-rose, reçu en 1839, PEV à Troyes lors de l’ouverture de la Cayenne en 1846, exclu à trois ans et cinquante francs d’amendes pour fracture de la chambre.

Libourne le Fier Courageux, BREMONT Jean-Baptiste, né en 1817 à Coutras (33), reçu à Nimes à la Saint-Honoré 1847.

Poitevin Coeur Fidèle, reçu en 1849. (non identifié)

Manceau Sans Reproche MAUSSIN Pascal, né en 1828 à Saint Martin du Limet (53) , reçu à la Noël 1850 à Troyes.

Champagne l’Ami de l’Honneur, COULON Adolphe, reçu à Lyon (69) à la Toussaint 1851.

Manceau Beau Désir , POUSSIN Victor, né St-Germain-D’arcé le 1 janvier 1835, reçu en 1854 à Troyes.

Blois l’Ami du Devoir, reçu à Orleans à la Toussaint 1837. (non identifié)

Vannois l’Ami du Courage LAMBERT Yvon, né en 1822 à Saint Lery (56), reçu à la Noël 1848 à Nantes.

Limousin l’Ami des Frères , MARATILLE Jean, né en 1824 à Bezeau (19) reçu à la Toussaint 1850 à Tours.

Toulousain l’Ami du Courage TALMEN Jean, né en 1828 à Rieumes (31) reçu à l’Assomption 1851 à Toulouse.

Lorrain l’Ami de l’Honneur FIEL Joseph Hubert, né en 1826 à Enserviller (54), reçu à l’Assomption 1849 à Nîmes.

Bourguignon la Vigueur, TOMASSOT Claude né en 1822 en Saone et Loire, reçu à la Toussaint 1852 à Lyon.

 

Manuscrits :

Bourguignon la Douceur, PONELLE Claude, né en 1841 à Lacanche (21), reçu à Pâques 1861 à Troyes.

Angoumois Coeur Fidèle. FEUILLET Francois.

Forezien Coeur Joyeux PUTAVY Jean né en 1841 à Saint Etienne (42), reçu à Pâques 1861 à Troyes.

Gascon Coeur Fidèle, GRAMONT Antonin, né en 1835 à Gazaupouy (32), reçu à l’Assomption 1858 à Blois.

Champagne l’Aimable Courageux.DELETIN Pierre, né en 1838 à Argelier (11) reçu à Troyes Noël 1860.

Nantais le Génie du Devoir, OLIVIER Isidore, né le 23 novembre 1838 à Faye de Bretagne, reçu à Tours à la Toussaint 1860.

Tourangeau l’Ami du Devoir. (non identifié)

Bourbonnais la Clef des Coeurs. BERARD Etienne, né en 1836, reçu à Dijon à la Saint Honoré 1838.

Angevin le Bien Estimé (DTDF). PIRON René, né en 1839 à Pouancé (49), reçu à Troyes à l’Assomption 1859.

Clermont l’Ami du Devoir. (non identifié)

Gévaudan la Clef du Devoir. (non identifié)

Bourguignon la Fermeté du Devoir BRUNET Isidore, né en 1842 à Saint Leger (21), reçu à la Saint Honoré 1861 à Troyes.

Agenais Bon Courage, BORIE Auguste né en 1841 à Puymirol (47) reçu à Troyes à Pâques 1861.

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité C.P.R.F.A.D.

Envoyer un commentaire concernant : "Troyes, la réfractaire!"