La république germanique de la Volga

L’émigration vers l’Amérique du Nord et l’importation de la cultures du blé de l’autre côté de l’Atlantique est souvent attribué à des familles allemandes vivant en Russie.

On compta jusqu’à deux millions de colons germaniques en Russie, dont 600.000 dans la république de la Volga, dont on voit l’emblème avec en dessous, la maxime en russe et en allemand : « Prolétaires de tous les pays unissez-vous! » .

Autre concentration germanique en Ukraine, la colonie de Molotschna fondée dès 1804.

Dans ces familles, des communautés mennonites, apparentées à l’église protestante, dont dérivent dans une des expressions les plus orthodoxes,  les Amish.

Invitées par la grande Catherine II,  a venir dans les régions dessertées ou reconquises sur les turcs, ils recevaient d’après un pacte de 1762, gratuitement, 31 hectares et aussi la liberté de religion ( les mennonites étant pacifiques et anti-militaristes), l’autonomie administrative et même une exemption d’impôt pendant 30 ans.  Joli cadeau  qui ne durera pas.

C’est pourquoi les émigrants « allemands de Russie » partiront vers une autre terre promise (l’Amérique) par après.

Toutes ces communautés religieuses transportèrent leur bonne organisation agricole à travers l’Atlantique, ainsi que des boisseaux de blé de Crimée et d’Ukraine occidentale, résistant aux hivers les plus durs.

Ils transformèrent les États du Dakota et le Minnesota en l’une des terres de culture de blé les plus connues au Monde .

Preuve de l’émigration gemanique, voici deux cartes de Russie (d’abord près du fleuve Dniepr puis près de la Volga) ou apparaissent encore les noms de villes germaniques.

Dans les chercheurs soviétiques spécialistes du blé, on connait Jakubziner (un historien) et Flaskenberger (un taxonomiste)

Envoyer un commentaire concernant : "La république germanique de la Volga"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com