SOCIÉTÉ DES COMPAGNONS BOULANGERS, PÂTISSIERS RESTÉS FIDÈLES AU DEVOIR

Tour de France Inside

Tour de France Inside est la rubrique de témoignage de nos itinérants.

Un résumé et ressenti des villes où ils sont passés et de celle en cours.

Gaëtan Elie

Je suis Gaëtan Elie, aspirant pâtissier resté fidèle au Devoir. Je viens vous parler de mon tour de France que je réalise en ce moment. Il a commencé indirectement par une rencontre hasardeuse au cœur de la Touraine. Je sortais de mon apprentissage et je cherchais à travailler pour mettre en application ce qui m’avait été donné d’apprendre. J’y ai rencontré deux compagnons boulangers.

Le compagnonnage n’était pour moi à l’époque qu’un mystérieux regroupement de travailleurs passionnés. En commençant à travailler au sein de leur entreprise, j’ai découvert surtout qu’en plus d’aimer leurs métiers, ces compagnons que j’ai rencontré aimaient retransmettre leurs savoirs, partager humainement et professionnellement.  Ma vie bien routinière a été perturbée et j’ai décidé de sortir de ce confort de vie pour m’engager sur le tour de France.

Mes premiers pas, m’ont emmené à Paris où j’ai travaillé chez un compagnon. Ces débuts étaient légèrement compliqués car je cherchais quelle place j’avais dans ce siège.  Je savais pourquoi j’étais parti de chez moi. Curieux de tout ce qui m’entoure, de mon travail, du compagnonnage, de la ville. C’est ainsi à Paris que mon chemin sur le tour de France a commencé avec mon adoption dans la société.

La suite du parcours a été à Villers-le-lac chez les compagnons Viennet avec le Pays Alexandre Bouttier, jeune boulanger que nous avons mené à l’adoption. Cette année fut riche en émotions pour moi et m’a permis de me conforter dans certaines idées que j’avais. Elle m’a permis un perfectionnement professionnel. J’y ai ainsi découvert plus profondément l’homme que je suis et surtout celui que je voudrais devenir. Le tour de France est rempli d’étapes, de moments de fraternité, de partage, de réussites, d’échecs, mais c’est cet ensemble qui créé un équilibre et nous pousse ainsi à toujours nous surpasser, à accompagner les plus jeunes tout en écoutant les plus anciens.

Le mot « école » n’est pas le plus adapté pour le désigner, mais pour moi c’est une école de la vie. Les rencontres de nos anciens, nos mères ainsi que tous ces itinérants de divers métiers permettent un épanouissement sur de nombreux points.

Le tour de France est une chance pour nous de découvrir de nombreuses cités, lieux et cultures diverses.

En ce moment je suis donc à la Cayenne de Lyon, où mon travail de réception a été accepté. Je suis responsable de deux jeunes, je m’épanouis ainsi dans la ville, mon métier et le compagnonnage. C’est donc avec plein d’espérances que j’attends la suite.

Pays Gaëtan Elie, aspirant pâtissier resté fidèle au Devoir, dit Beauceron.

Envoyer ci-dessous votre question :

Menu