« Le pain dans la grande guerre » (13)

LES FOURS PORTATIFS

 

Nous rencontrons deux types de fours pouvant suivre le déplacement du théâtre des opérations, ce sont les fours portatifs et les fours mobiles.

Sans titre22

Transport d’un four portatif à dos de mulet.

Le four portatif est un four que l’on monte et que l’on démonte à chaque déplacement, alors que le second, comme son nom l’indique, se déplace dans son ensemble, sans démontage de sa structure principale. Le premier four portatif en fer aurait été construit au parc du Génie du premier corps d’armée, en 1812.

« La préparation du terrain et le montage du four est de 45 minutes, le montage du four seul est de 15 minutes, il faut prévoir une fosse devant le four, qui servira au boulanger chargé de la cuisson du pain. Une fois le four installé, il repose sur 8 poutrelles, il sera recouvert d’une épaisseur de terre de 30 à 35 cm. L’âtre est formé de briques ou de terre glaise.
Pour le mettre en route, il faut faire une première chauffe (1 heure avec 90 kg de bois), puis une deuxième (40 minutes avec 60 kg de bois). Le temps de cuisson des miches est de 45 minutes à 1 heure comme dans les autres fours. La consommation de bois par fournée est de 25 kg. La capacité du four est de 140 rations ordinaires ; son poids total de 440 kilogrammes ».

Sans titre23

Construction d’un four portatif.

Sans titre24

le four est recouvert de sable et de terre.

Il semble que lors du conflit de 1914-1918 le modèle dit « Four Métallique Godelle 1890 », ait été le plus répandu. Il pouvait cuire 200 rations soit 610 kgs et était transportable à dos de mulet. De tels fours portatifs ont également été installés dans les forts militaires, comme fours d’appoint, mais aussi largement utilisés lorsque l’état des voies de communication ne permet pas l’acheminent des boulangeries mobiles tractées ou bien encore lorsque le relief ne permet pas l’installation de ces mêmes boulangeries.

Sans titre25

La façade du four est en pierres et briques, et il est couvert de sable.

Après la guerre, la traction hippomobile étant progressivement abandonnée au profit de l’automobile, les fours portatifs font place aux fours mobiles roulants. La traction automobile facilite leur déplacement.

Sans titre26

Four portatif, sans sa couverture de terre de 30 à 40 centimètres.

Sans titre27

Alignement de fours portatifs en fin de construction, l’on distingue très bien la tranchée qui est destinée à accueillir le boulanger-fournier.

Sans titre28

Des boulangers équipés de fours portatifs protégés par des tentes.

 

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Voir toutes les parties de l’exposition.

Voir le site officiel de l’exposition.

Envoyer un commentaire concernant : "« Le pain dans la grande guerre » (13)"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com