Julien Félix LESPINASSE

Depuis 2014, centenaire du début de la Première Guerre mondiale 14-18, à plusieurs reprises nous avons évoqué les fours de l’armée Française, les fours Lespinasse. Mais qui était donc ce fameux LESPINASSE ?

Nous le savons né le 2 mai 1792 à Nantua, fils de Pierre LESPINASSE (1738-1821) et de Marie Josèphe MEYNIER (1753-…).

À partir d’au moins  1830, Julien LESPINASSE est Garde principal du génie de Paris, c’est-à-dire sous-officiers d’état-major, chargés de la conservation du matériel de l’artillerie ou du génie de Paris.

Officiers du Génie de la Garde Impériale

En 1837, des fours Lespinasse sont mis en service à la manutention militaire de la garnison de Paris et le 29 novembre de cette même année, Julien LESPINASSE , garde principal du genie, demeurant à Paris, rue Bellechasse 44, reçoit un certificat brevet d’invention(1*) de 5 ans pour un nouveau four à cuire le pain.

Lors de l’exposition de 1839, Julien LESPINASSE reçoit une médaille de bronze pour un nouveau four.
Le 4 avril 1842, il reçoit une pension militaire (2*), « Garde du genie de 1 re classe avec 1/5 en sus (ayant plus de 12 ans d’activité dans ce grade […], domicilié à Paris ».

Plan des fours Lespinnasse en 1859

Sept ans plus tard, en 1849, Julien LESPINASSE  est cité, pour reception d’une médaille d’argent, dans le Rapport du Jury Central sur les Produits de l’Agriculture et de l’Industrie exposés en 1849 (tome II, page 819) :

  1. Lespinasse, rue de Sèvres, n 76, Paris.
    Le système de four inventé par M. Lespinasse fonctionne depuis 12 ans à la manutention militaire de Paris. Une commission nommée par M. le ministre de la guerre s’est récemment prononcée en sa faveur après des expériences comparatives, et en a propose l’emploi dans toutes les garnisons de France.
    Enfin, le département de la marine a aussi adopté le système de four de M. Lespinasse .
    Chacun des fours du système de M. Lespinasse produit d’ordinaire, en 24 heures, 13 fournées de 200 pains de 1, 5 kilos chacun ou 5,200 rations; mais on peut obtenir 19 fournées ou 7,600 rations dans un même temps.
    Il a été constaté que le bois employé dans le four Lespinasse n’est que les cinquante-trois centièmes de celui que l’on brulait antérieurement dans les fours ordinaires.
    M. Lespinasse avait obtenu une médaille de bronze pour son utile invention à l’exposition de 1839.
    En présence des bons résultats de ce four, officiellement constaté par une longue expérience, le jury a jugé M. Lespinasse digne d’une récompense d’un ordre élevé, et lui décerne la médaille d’argent.

Four Lespinnasse au fort de Mont-Bart (Doubs)

Nous retrouvons en 1851, une nouvelle fois Julien LESPINASSE pour le dépôt d’un brevet d’un four système Lespinasse simplifié dans un  Bulletin des lois de la République Française (3*) :
« 187e, le brevet d’invention de 15 ans, dont la demande a été déposé le 5 septembre 1849, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Lespinasse (Félix Julien), rue de Sèvres, n 36, pour perfectionnement d’un four à  cuire le pain, système Lespinasse simplifié ».

Ce four système Lespinasse simplifié est probablement le four métallique portatif, qui sera en service  de la guerre de Crimée à  la première guerre mondiale.

Le four Lespinasse portatif est surnommé par les soldats les  taupinieres.

Carcassonne, grandes manoeuvres, gravure d’après photo, Giard, 1887.

Nous observons la structure métallique qui maintient la voute en suspension au dessus de la sole.

« Souvenir, Groupe des Fours Lespinasse »
Groupe de boulangers de la 15 ème section des commis et ouvriers d’administration,
Melun 1914 1915.

À partir de 1884-1890, d’autres fours vont être utilisés par l’armée française (Godelle, Geneste-Herscher et Somasco, etc.,) mais curieusement, l’appellation Lespinasse va rester et se généraliser à tous les groupes de boulangers militairesfrançais, un peu comme le mot Frigidaire qui d’une marque est passé dans le language courant pour désigner un réfrigérateur.

Julien Félix LESPINASSE décède le 1er juillet 1872 à  Paris, à l’âge de 80 ans.

Malgré le peu d’information que nous avons pu récolter sur Julien LESPINASSE , nous nous devions à travers cette biographie rendre hommage à cet homme oublié, dont les inventions permirent de nourrir sans discontinuer des millions de bouches des soldats français, et quelques fois alliés engagés dans le meurtrier conflit 14-18.

(1*) Bulletin des lois du royaume de France, premier semestre 1838 ; 9e série ; Volume 16, page 570, 125e.
(2*) Bulletin de loi du royaume de France ; 9e série, partie supplémentaire, tome 21, aout 1842, page 402.
(3*) Bulletin des lois de la République Française, 9e série, premier semestre 1851, Volume 7, page 305.

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Envoyer un commentaire concernant : "Julien Félix LESPINASSE"