Mi Carême 1874 Les garçons boulangers

Sans titre50

Les boulangers de Ribauvillé en fête

Mi Careme 1874

Les garçons boulangers

Chanson nouvelle

Nous avons fait pour nous amuser

Une chanson non sans pareille

En la chantant nous allons vous prouver

Que c’n’est pas une merveille

Nous allons seulement vous chanter

Quelques couplets rapport à not’métier

C’est à seul, fin de vous démontrer

C’que c’est qu’des garçons boulangers

C’que c’est qu’des gar, c’que c’est qu’des çon

C’que c’est qu’des garçons boulangers

 

Tous les matins quand vous reposez

Déja nous sommes à l’ouvrage

Nous n’voulons pas pour cela nous vanter

D’être doué d’un énorme courage

Mais lorsque vous vous éveillez

Vot’pain est fait alors vous devriez

Chanter pour Benedicité

Honneur aux garçons boulangers

Honneur aux gar, honneur aux çon

Honneur aux garçons boulangers

 

Dans chaque ménage nous sommes la gaité

On ne peut pas nous prouver le contraire

Car ce que mange aujourd’hui l’ouvrier

C’est du pain pour son ordinaire

Mais lorsqu’il ouvre son buffet

S’il n’y a pas de pain y n’fait que soupirer

Et dit en faisant ce souhait

Je voudrais être garçon boulanger

Je voudrais être gar, je voudrais etre çon

Je voudrais être garçon boulanger

 

Pour tout a chacun on fait l’pain francais

Les flutes sont pour les demoiselles

Ou bien encore si elles les préfèraient

Nous faisons des pains de Bruxelles

Mais ce qu’elles préfèrent dans not’métier

Messieurs, ceci c’est en particulier

Ce qu’elles préfèrents sans en douter

Ce sont les garçons boulangers

Ce sont les gar, ce sont les çon

Ce sont les garçons boulangers

 

Auprès du beau sexe nous avons du succès

Surtout lorsqu’elles vous disent mon cher

Je n’ai rien d’autre à te reprocher

Mais la mie de ton pain ne vaut pas cher

Mais nous savons bien leur prouver

Que par la mie on ne peut pas nous juger

Alors sans autre préjugé

Embrassent leur garçon boulanger

Embrassent leur gar, embrassent leur çon

Embrassent leur garçon boulanger

 

Dans ce couplet vous pouvez remarquer

Quoique n’ayant qu’un petit savoir faire

Qu’on peut pour cela sans nous critiquer

De notre métier en etre fier

Car voila longtemps que c’est prouvé

Qu’on ne rougit pas en faisant notre métier

C’est pour cela que vous voyez

Tout blanc les garçons boulangers

Tout blanc les gar, tout blanc les çon

Tout blanc les garçons boulangers

 

Dans le coulets que nous v’nons de chanter

Il n’y a rien enfait que d’nouvelles

Je suis certain quand elle sera terminée

Que vous direz que cette chanson n’est pas belle

Nous demanderons d’être pardonnés

Car composer n’est pas notre métier

Et cette chanson n’est inspirée

Que par des garçons boulangers

Que par des gar, que par des çon

Que par des garçons boulangers

 

Un garçon boulanger.

 

Imprimerie Leveugle Roubaix.

Source : BNF, Gallica ; Ye971 (430)

451

Appréciez vous cet article ?

Commentaires concernant : "Mi Carême 1874 Les garçons boulangers" (2)

  1. Rousseau a écrit:

    Bonjours

    Je cherche depuis plusieurs semaines l’air de cette chanson. Je voulais savoir si quelqu’un pourrait m’aider.

    Merci d’avance.

Envoyer un commentaire concernant : "Mi Carême 1874 Les garçons boulangers"