« Le pain dans la grande guerre » (11)

Le pain de guerre, un biscuit bien sec…

Le pain de guerre, biscuit sec dont l’ancêtre est le pain biscuité de la marine, est surtout consommé par les soldats qui sont au combat.

7774

Carte postale de conscrit

Sec, de faible volume, il se range facilement dans le sac du combattant, et lui permet de s’alimenter lorsqu’il en estime le besoin et qu’il en a la possibilité. En temps de paix, il fait également partie de la ration du soldat, et il peut être consommé lors des manoeuvres.

Ces biscuits sont également envoyés dans les camps de prisonniers français par des oeuvres de bienfaisance ou par les instances militaires, afin de subvenir tant bien que mal à l’alimentation des détenus.

Ce biscuit est en temps de paix confectionné par les manutentions militaires. En temps de guerre les biscuiteries civiles sont appelées à fournir l’armée.

47147

Machine à découper biscuits et  pain de guerre

Il est composé d’eau, de farine, de sel, du levain de pâte et de levure de grain. De forme carrée, il est pointillé, soit sur les deux faces, soit sur la croûte supérieure seulement.

Le poids d’un biscuit est de 50 grammes avec une tolérance de 5 grammes. Il comporte un timbrage peu profond sur l’une de ses faces, où figurent le nom du fournisseur, le mois et l’année de fabrication. 741744

Pain de guerre des troupes australiennes en service en Égypte, surnommé « Biscuit pour chiens » par les soldats. Celui-ci a servi de carte de voeux pour la nouvelle année 1915.

Le trempage du biscuit brisé en morceaux de la grosseur d’une noix dans de l’eau en ébullition doit être complet après quinze minutes d’immersion. Il ne doit pas s’émietter et doit résister suffisamment aux chocs divers provenant des opérations d’encaissement et de transport.
Après refroidissement et séchage complet, il est conditionné dans des caisses pouvant en contenir 40 kilos environ.

74871

Les caisses de pain de guerre dans un camp de prisonniers français en Allemagne.

À Grenoble, la fourniture de biscuits aux subsistances militaires devient l’activité prépondérante de la Biscuiterie Brun. Il en est de même pour la Biscuiterie Nantaise qui se voit attribuer la fabrication de pain de guerre destiné à nourrir les soldats au front.

897451

En 1916, l’armée américaine s’intéresse de près à la Biscuiterie Nantaise, et signe un premier contrat pour la fabrication de 500 tonnes de pain de guerre. En 1918, ce partenariat se poursuit, entraînant une production en masse partiellement envoyés vers les États-Unis.

La guerre terminée, l’escarcelle des biscuitiers est pleine… 45671

Les insectes, l’ennemi du pain de guerre !

Soldats

Un soldat de bois

Ne mange que du chocolat

Un soldat d’étain

Ne mange que du massepain

Un soldat de plomb

Ne mange que des macarons

Un soldat de fer

Que des biscuits à la cuillère

Mais le vrai soldat

Ne mange, quand la guerre est la,

Que des vers de terre

Et des fleurs de cimetières.

Maurice Carème (poète belge 1899-1978)

 

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Voir toutes les parties de l’exposition.

Voir le site officiel de l’exposition.

Appréciez vous cet article ?

Envoyer un commentaire concernant : "« Le pain dans la grande guerre » (11)"