Jeton de Pain – La Fraternelle Amandinoise

41 – Collection Jean-Claude THIERRY. Agrandi 2 fois.

19mm. Cuivre. Hexagonale et uniface. LA FRATERNELLE / AMANDINOISE / PAIN.

Saint-Amand-les-Eaux est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Saint-Amand-les-Eaux et la Scarpe marquent la limite est de la Flandre française à laquelle la ville appartient historiquement.

Géographie : Le site de Saint-Amand-les-Eaux correspond à de petites collines sableuses à proximité de la confluence de la Scarpe et du Décours. Principale ville de la Plaine de la Scarpe, elle est située à environ 10 km au nord-ouest de Valenciennes (chef-lieu d’arrondissement), à environ 35 km au sud-est de Lille (chef-lieu de département et de région) et à environ 20 km au sud de Tournai (province de Hainaut, Belgique).

Économie au XVIIIe siècle. À partir de 1705, la céramique de Saint-Amand-les-Eaux.

Économie en 1882. Forges et laminoirs – aciérie – Saint-Amand-les-Eaux.

Malte-Brun relevait, en 1882, dans l’article de la France illustrée consacré à Saint-Amand, une aciérie, des sucreries, une fabrique de clous, une fabrique de bonneterie de laine et de coton, une fabrique de chaînes-câbles, une manufacture de porcelaine, des tanneries, des distilleries, des moulins, des savonneries et des fabriques d’huile.

Il relevait également un commerce de chanvre, de bois de construction et de charbon.

Pour terminer, il citait, sur le territoire de la commune, une forêt domaniale de « 3 400 hectares », soit plus que la superficie actuelle de la commune. Peut-être cette superficie incluait-elle des sections forestières implantées sur les territoires d’une ou plusieurs autres communes ?

Économie en 1935. Il existait également en 1935 une usine de fabrication de moteurs Aubier & Dunne 540 cmc, deux temps, deux cylindres, refroidissement par air dont un type spécial pour les avions Pou-du-ciel.

Économie en 1964. Un célèbre dictionnaire encyclopédique citait, en 1964 :

  • Industrie métallurgiques (laminage, tréfilage, chaudronnerie, chaînes d’ancre, galvanisation, moteurs) Industrie textile (bonneterie)
  • Fabrique de céramiques et faïencerie

La faïencerie de Saint-Amand avait été fondée aux alentours de 1740 par Pierre Joseph Fauquez, qui venait de Tournai. La marque de fabrique des faïences de Saint-Amand est symbolisée par un entrelacement complexe des initiales du nom du fondateur et de celui de la ville (P. F. et S. A.).

Entre 1896 et 1932, une ligne de chemin de fer de 32 km est développée entre la commune et Hellemmes.

CPA – Carillon de Saint-Amand-les-Eaux.

Visite de la Douane

Culture locale et patrimoine. Saint-Amand est pourvu de nombreux lieux catholiques ou d’origine catholique.

La ville est dotée de l’abbaye d’Elnon, maintenant démantelée, mais dont il reste le prieuré (ou échevinage) et la tour de l’ancienne église abbatiale (classée aux Monuments historiques depuis 1846) actuellement musée consacré à l’art de la céramique et à l’art religieux ;

  • Abbaye de Notre-Dame-de-la-Paix ;
  • Église paroissiale Saint-Martin, reconstruite en 1783 ;
  • Église paroissiale Sainte-Thérèse ;
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.

L’Échevinage.

L’abbaye baroque de Saint-Amand

CPA – Saint-Amand-les-Eaux – Le Moulin blanc

Description. Seul moulin à vent de son type dans tout le nord, il fût construit en 1802 par un fabricant d’huile Henri Van Looy pour faire concurrence à un autre fabricant M. Nicolle.

Le corps du bâtiment tout en briques, posé sur un soubassement en grès offre de belles dimensions : diamètre 8,50 m au rez-de-chaussée, une galerie large de 2,50 m avec un plafond voûté haut de 6 mètres.

Au début du XIXe sicle de nombreuses huileries étaient en activité à Saint-Amand-les-Eaux. A partir du colza dont la culture occupait 45 ha en 1862, on fabriquait diverses sortes d’huiles : de l’œillette on pressait une excellente huile de table, avec la graine de lin on faisait une huile pour peinture. On pressait également le chènevis et le chanvre.

En 1918, la machine à vapeur qui aidait les jours sans vent fût démontée, puis vint le tour des ailes qui furent remplacées par un moteur au gazogène. Vers 1925 les trois paires de meules furent remplacées par des cylindres et le gazogène par un moteur électrique. Le dernier meunier M. Donatien Lombart cessa son activité en 1952.

Lorsque la Municipalité de Saint -Amand s’est portée acquéreur en 1982, il ne restait plus que la tour centrale vide.

La remise en état démarrera en 1987 et les travaux se termineront en 1995 par la pose des ailes le 1° juin. La maîtrise d’œuvre est confiée à l’ARAM.

Le Moulin Blanc est inscrit « à l’inventaire des monuments naturels et des sites » le 25 Février 1988.

CPA – Saint-Amand-les-Eaux. Hôtel de Ville

CPA – Saint-Amand-les-Eaux. La Place un jour de Marché

CPA – Saint-Amand-les-Eaux. La Faïencerie et la Scarpe

CPA – Saint-Amand-les-Eaux. La place et le Rue Thiers.

Publicité

CPA – Saint-Amand-les-Eaux. Rue de l’Eglise – Boulangerie à gauche.

Bibliographie :

  1. de Courmaceul, Histoire de la ville et de l’abbaye de Saint-Amand (en Pévèle), Valenciennes : Lemaitre, 1866. Texte en ligne disponible sur NordNum [archive]

René Fruit, la Croissance économique du pays de Saint-Amand (Nord), 1668-1914. Paris : Armand Colin, 1963. 455 pages. (Ouvrage lié à l’École pratique des hautes études. VIe section. Centre d’études économiques. Études et mémoires no 55)

Anne-Marie Dervaux, Saint-Amand-les-Eaux. Saint-Cyr-sur-Loire : Éditions A. Sutton, coll. « Mémoire en images », 2004. 128 pages.

Hervé Leroy, Saint-Amand-les-Eaux, l’élan des rêves. Photographes : Jean-Pierre Duplan, Delphine Lermite, Eric Le Brun. Préface : Patrick Besson. Éditions Light Motiv (59110 La Madeleine), coll. « Passages en ville », 2012. 136 pages.

Par Jean-Claude THIERRY

Envoyer un commentaire concernant : "Jeton de Pain – La Fraternelle Amandinoise"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com