Jeton de Pain Conférence d’Aubusson

27 – Collection Jean-Claude THIERRY. Agrandi 2 fois.

24 mm. Cuivre. Octogonal, uniface. CONFERENCE / D’AUBUSSON – 1 Kilo – DE PAIN. Percé au bas. Impression en creux. 10.2 (variante référence R. Elie 10.1 en 21.5 mm)

Le Patrimoine industriel d Aubusson : Histoire, architecture et mémoire sociale

Les maisons de tapissier Avant le 19e siècle, la manufacture d Aubusson, reconnue par les statuts accordés par Colbert en 1665 et par les lettres patentes de 1732, est en effet la réunion sous une même législation d’ ateliers privés dispersés dans la ville, disposant de leurs propres réseaux et ne répondant pas qu’aux commandes royales. La production est alors organisée par des fabricants tapissiers déléguant le travail de tissage à des ouvriers, auxquels ils fournissent dessins et matières premières (laine et soie).

Le travail se déroule à domicile, sur de petits métiers installés, la plupart du temps, dans les combles. Il n existe pas, alors, d architecture propre à la tapisserie : les ateliers de tapissier se fondent dans l architecture vernaculaire traditionnelle, avec, toutefois, quelques «marqueurs», comme les hautes lucarnes en charpente de bois, couvertes par un toit à deux versants (lucarnes dites «en chevalet» ou «à pignon») ou à trois versants («lucarnes capucines»). Elles sont destinées à éclairer l activité minutieuse du tissage.

A partir du 19ème siècle : les manufactures Le 19e siècle constitue une époque majeure dans l histoire de la tapisserie aubussonnaise : c est l’ère de la révolution industrielle, caractérisée par l’apparition de grandes sociétés de tissage, une concentration du personnel employé, une mécanisation du travail et l’introduction d innovations techniques, telles que la machine à vapeur.

En octobre 1842, d après les statistiques fournies par les Archives de la Creuse, 722 tapissiers et 17 teinturiers travaillent dans les ateliers de la ville, qui comptent 145 métiers.

A côté de la tapisserie, de tradition ancienne, le tapis de pied façon Turquie, très en vogue, implanté à Aubusson dès 1740, règne alors en maître et emploie une main d œuvre essentiellement féminine (les «velouteuses»). Cette industrie, jusque là éparpillée sur le territoire communal, s’organise au sein de manufactures et irrigue l’ensemble de la cité, dont la population passe de 6000 à 7000 habitants entre 1850 et 1900.

CPA – Collection privée. Manufacture de tapis d’Aubusson.

L’ère des premières manufactures. La manufacture royale de tapis Sallandrouze de Lamornaix créée en 1801 par le felletinois Jean Sallandrouze de Lamornaix, associé à l Aubussonnais Guillaume Rogier. D’abord implantée en face des ruines du couvent des Récollets, elle est reconstruite en bordure de Creuse vers 1840, au moment du percement de la route départementale de Tulle à La Châtre.

En 1844, elle emploie 127 ouvriers. Déclarée en faillite en 1872, ses bâtiments sont cédés : une partie d’entre eux sont réinvestis par la manufacture Hamot, qui prend sa succession, tandis que son ancien logement patronal devient la Banque de France.

La manufacture de tapisseries et tapis Hamot (aujourd’hui Saint-Jean). Les frères Georges et René Hamot, déjà implantés à Paris, s’établissent à Aubusson en Ils constituent leur manufacture à partir d anciens bâtiments Sallandrouze de Lamornaix, qu’ils réaménagent (élévation partielle de deux niveaux au centre d’une aile) et auxquels ils adjoignent à la fin du 19e siècle de nouveaux ateliers sous sheds et une teinturerie.

L’architecture de ces premières manufactures se caractérise par : Un plan simple et fonctionnel, avec plusieurs ailes regroupées autour d’une cour, le logement patronal étant inclus dans l’usine. Une mise en œuvre traditionnelle des matériaux : gros œuvre en granit, souvent enduit et souligné aux ouvertures et aux angles par un chaînage en pierre de taille. Dans les années 1890, ces premières manufactures connaissent souvent des adjonctions successives, qui témoignent de leur adaptation à une production de plus grande échelle. C est le cas de la manufacture Castel-Bernaux-Lauer, plus tard rachetée par Suzanne Goubely en 1972.

La manufacture Castel-Bernaux-Lauer. Elle est construite en plusieurs campagnes, à partir de 1840, par Emile Castel, fabricant de tapisseries et son fils Albert, sur un terrain traversé par la Beauze, en bordure de la route de Clermont à Limoges. Le bâtiment principal, abritant les ateliers de tissage et le logement du directeur, est prolongé par un petit édifice bas : il s agit de la première teinturerie, dont subsiste, pour toute installation, le conduit d’évacuation d un poêle. Elle est remplacée, vers 1890, par une teinturerie de brique et pierre, édifiée en fond de parcelle, sans doute par le successeur des Castel, Louis Bernaux.

La manufacture Teiteix-Bassereau-Lunot (30 rue Jean Jaurès). Edifiée par Louis Teiteix sur la route d’Aubusson à Felletin, dans le dernier quart du 19ème siècle et reprise par ses successeurs, Auguste Bassereau et Roger Lunot, elle est déclarée en faillite. Les bâtiments qui la composent, en bordure de Creuse, abritent aujourd’hui le CIO (Centre d’information et d’orientation) et une chambre d’hôtes. On y retrouve les deux composantes de ces premières manufactures : de nombreux bâtiments réunis autour d’une cour, ayant chacun des fonctions bien identifiées (Ici, du côté de la Creuse, un bâtiment à usage de séchoir, avec ses claires-voies en bois) et la prédominance de la brique rouge.

Le développement industriel impose un nouveau type architectural : l’Usine. L’ensemble le plus emblématique de cette période est sans doute la manufacture de tapis Sallandrouze Frères. Construite à partir de 1885 par une branche cadette de la famille Sallandrouze, les Sallandrouze Le Moullec, elle devient en 1996 la Manufacture Royale du Parc, avant d être aujourd’hui désaffectée. Cette immense usine, à l’échelle d Aubusson, ceignait toutes les hauteurs du quartier Saint-Jean et comportait deux ailes disposées en équerre, percées de baies surbaissées à encadrements de brique.

La manufacture de tapis Sallandrouze Frères. Elle est tout à fait représentative du passage à une ère de production massive : Toute la chaîne de production y était intégrée, puisque l’usine comportait sa propre filature de laine peignée et cardée, ainsi que sa teinturerie. Le travail y était mécanisé, puisque les tapis, moquettes et carpettes étaient produits sur de grands métiers à Jacquard, actionnés par des machines à vapeur, elles-mêmes alimentées par de puissantes chaudières. Les ateliers de fabrication sont donc flanqués d une construction indépendante, le bâtiment de la chaufferie.

La manufacture de tapis Sallandrouze Frères. Dans la chaufferie, deux chaudières sont toujours en place : il s agit de chaudières à combustion Roser, un modèle rare présenté à l Exposition Universelle de A la fin du 19e siècle, cette usine emploie 800 ouvriers. Son prestige et sa puissance financière se lisent encore à travers les logements patronaux que les Sallandrouze se sont fait bâtir rue Saint-Jean entre 1890 et 1905, dans des styles en vogue : la villa du numéro 14, le château St Jean et le château Sallandrouze.

La manufacture de tapis Sallandrouze Frères En 1944, l’usine est bombardée par l’aviation allemande. Partiellement détruite, elle est reconstruite dès 1948 par l’architecte Paul Pinlon, qui la dote de nouveaux sheds en béton à profil courbe.

L’architecture industrielle de ces années 1890 a durablement marqué le visage d Aubusson. Elle se caractérise par : Une implantation qui est fonction des axes de circulation : bon nombre des usines de cette période se concentrent le long de la route de Clermont à Limoges (la RN 141), comme la manufacture de tapis Croc-Jorrand. La recherche de la lumière naturelle, pour éclairer une activité minutieuse. Elle explique l orientation est/ouest de ces manufactures, ainsi que leurs larges baies souvent encadrées de chaînages de brique. Après reconstruction Avant l incendie La manufacture Braquenié, est née de l association de la famille Deny-Doineau avec Alexandre Braquenié, un industriel belge originaire de Tournai. Au plus haut de son ascension, dans les années 1860, elle travaille pour l Empereur Napoléon III et pour une clientèle fortunée issue de toute l Europe et même pour le Paris mondain (notamment la marquise de la Païva). La longue aile en fond de cour abritait les ateliers de tissage ; elle comportait à l origine 4 niveaux. Son aspect actuel résulte de sa reconstruction partielle après un important incendie survenu en 1926.

A la fin du 19e siècle : la renaissance de petites structures. L’atelier Tabard. En 1889, Clémence Brignolas, l’épouse de François Tabard, achète un bloc de maisons regroupées autour d’une cour intérieure dans le quartier de la Terrade, pour y installer des ateliers, dont les espaces s étendront tout au long du 20e siècle, au fur et à mesure des acquisitions opérées par la famille sur des parcelles adjacentes. Les ateliers y étaient étroitement imbriqués au logement familial, dans un groupe de maisons que rien ne distinguait vraiment, en façade, du reste du quartier. Le travail s y déroulait de manière artisanale, au sein d’une structure fortement marquée par le modèle familial. Description par le journaliste Léon Degand, en visite à la manufacture Tabard en 1946 : « nous entrons dans une maison sans apparences particulières. Puis un dédale invraisemblable de couloirs et d’escaliers, de trappes et d’étranges portes qui se referment automatiquement grâce à un savant système de poids et de poulies.

La manufacture Fougerol. En 1909, Edouard Fougerol réaménage un ensemble de maisons situées rue Jules Sandeau (numéros 57-65) et datées du second quart du 19e siècle. La disposition anarchique des façades (dissymétrie des travées, désorganisation des ouvertures) laisse penser qu’il les a fait rehausser d un étage et percer de longs bandeaux de baies, pour capter la lumière et éclairer les ateliers de tissage. C’est certainement la souplesse de ces petites structures qui leur a permis de résister au krach boursier de 1929 pour devenir, par la suite, artisanes de la renaissance de la tapisserie inaugurée par Jean Lurçat. Le krach boursier a entraîné la fermeture d un grand nombre d usines aubussonaisses frappées par la faillite, comme Brunschwig et Weil ou Croc-Jorrand.

Aubusson – Manufacture de Tapis Brunschwig & Well. Réparation des Tapisseries anciennes.

Des machines remarquables. L’enquête industrielle a également porté sur les machines encore en place dans ces structures productrices. Elle a permis de découvrir, entre autres, un très bel ensemble de métiers à tisser de type Jacquard, dans les bâtiments de la DITO-SAMA, réinvestis par la Manufacture Royale du Parc. Ces métiers, de très grandes dimensions, en fonte de fer, proviennent de l’ancienne manufacture Sallandrouze Frères, dont ils ont été déplacés en Ils ont été construits dans le premier quart du 20e siècle par le constructeur Bauduin et Cie, basé à Roncq, dans le Nord-Pas-de-Calais. Ils sont remarquables car les mécaniques d armures à cartons perforés qui les surmontent sont encore en place.

La manufacture Hamot-Saint-Jean conserve un ensemble de métiers à tisser de basse et de haute lisse, en fonte de fer et bois, d une très grande qualité, conçus peu avant leur installation dans les ateliers de tissage soit à la fin du 19e siècle. Cette manufacture a gardé ses espaces intérieurs, qui illustrent la chaîne opératoire du tissage : stockage des matières premières dans le magasin des laines, préparation du fil sur les bobineuses et les flûteuses, ourdissage, conception du carton dans l atelier du peintre.

Les industries de l’eau. L’enquête menée sur le patrimoine industriel d’Aubusson ne s’est pas intéressée qu’à l’activité tapissière. Au total, ce sont près de 70 établissements industriels qui ont été repérés sur le territoire de la commune, par les sources ou sur le terrain. Les moulins. L’enquête montre qu’à côté de l’énergie fournie par les machines à vapeur, Aubusson est restée fidèle à «la houille blanche», c est-à-dire à la force motrice hydraulique de la Creuse et de son affluent, la Beauze, qui entraînait les roues et les turbines des moulins. Le Moulin-Grand, présent sur le cadastre napoléonien de 1812, est d’origine seigneuriale très ancienne. Dans le premier quart du 20e siècle, il devient, comme beaucoup d’autres, une minoterie (la minoterie Boissy), lorsque la technique de broyage des grains commence à se faire avec des cylindres (et non plus des meules). Elle produit 100 quintaux de blé en 24h. En 1971, la minoterie est réinvestie par la manufacture Four.

Le lavage des laines et le foulage des draps. La filature de laine Croc et Richen est devenue la manufacture de tapis et tapisseries Danton, avant d’être détruite pour permettre l’édification de la poste (en 1943). La fabrique de draps Grellet et Chassaigne est construite en 1844 à l’extrémité de la rue Vaveix, dans ce qui allait devenir le quartier de la gare. Ses locaux sont repris en 1851 par la manufacture de tapis et tapisseries Requillart, Roussel et Chocqueel.

Teintureries et tanneries. La pureté de l’eau de la Creuse et la régularité de son débit expliquent l’implantation de nombreuses teintureries et tanneries, dans la rue des Tanneurs, bien sûr, mais aussi au faubourg St-Nicolas, dans l’actuelle rue Jules Sandeau. En 1913, cinq teintureries et trois tanneries (dépôts de cuirs verts) sont encore en activité. Aujourd’hui, l’artisanat de la teinture se perpétue toujours à Aubusson.

Le barrage et la centrale hydroélectrique de la Croix-Blanche. La société Sallandrouze Frères, constituée en 1920 par trois actionnaires, Charles, Henry et Paul Sallandrouze, fabricants de tapisseries à Aubusson et Felletin, obtient dès 1917 du maire de la ville d’aubusson une concession exclusive en matière de forces motrices électriques et de distribution d’énergie sur tout le territoire de la commune. Elle construit le barrage et la centrale hydroélectrique de la Croix Blanche. En 1921, elle étend cette activité à la ville voisine du Moutier-Rozeille, en passant une convention avec l’état pour l’établissement et l’exploitation du barrage des Combes et de l’usine génératrice de Confolent. Les deux établissements sont rattachés à partir de 1925 à la Société des Forces Motrices de la Haute-Creuse, fondée par les frères Sallandrouze, qui fournit en électricité une vingtaine de communes des cantons d Aubusson et de Felletin, jusqu’à sa liquidation, en 1946, suite à la nationalisation de la production d’énergie et à la création d EDF.

Les industries tirant profit des ressources du sol. Les fours à chaux Roby-Faure, ouverts en 1873 en face de la gare de voyageurs : la calcination du calcaire s y produisait dans trois fours circulaires en brique, dont l’un est encore visible sur une carte postale du quartier Vaveix du début du 20e siècle. Cette industrie travaillait à plein à la fin du 19e siècle, période au cours de laquelle la construction, qui réclamait de la chaux, explosait, particulièrement dans les faubourgs de la ville. La briqueterie ; Tuilerie Saint-Jean se situait dans la rue du même nom, encore exploitée en 1913 (argile), avec son four surmonté d un haut toit à double pente et ses aires de séchage ouvertes.

La carrière du Puy-du-Roy, est située à l entrée d Aubusson, sur la route de Limoges. Déclarée peu avant la Seconde Guerre Mondiale (1935), elle était gérée par la société Gagnerault, qui possédait également la carrière du Thym, au Moutier- Rozeille. On y exploitait une roche anatéxite (essentiellement constituée de granite) qui fournissait des pierres à ballast pour la Compagnie des Chemins de Fer Paris-Orléans-Midi. Elle était reliée à la gare par un câble aérien, sur lequel circulaient des wagonnets. Elle a donné du travail à de nombreux tapissiers au chômage dans l’après guerre.

Après la Seconde Guerre Mondiale : le triomphe de la construction électrique La FALA reste l’entreprise la plus emblématique de cet essor. Créée en 1940 à l’initiative du Ministère de la Défense Nationale, la FALA (Fabricants Associés de Lampes Aubussonnaises), devenue FRLE (Fabrique Réunie de Lampes Electriques) puis Philips Eclairage, est fondée pour favoriser la décentralisation industrielle. Elle s’implante dans les anciens locaux de la manufacture Croc-Jorrand, après quelques travaux préalables. Les ampoules composant les lampes que l’on y fabriquait provenaient des cristalleries de la région parisienne et de Givors, dans le Rhône. Elles étaient acheminées à Aubusson grâce au transport ferroviaire. La FALA a constitué la première usine à employer de l’acétylène dans la fabrication de ses lampes. Dans son plein essor, elle a permis de résorber à elle seule une grande partie du chômage de la ville et notamment celui lié au déclin de la tapisserie. En 1976, la FALA était encore la première entreprise du département, avec 500 salariés. Elle a fermé ses portes en 1987.

La MEMC (Matériel Electrique et Mécanique du Centre), est fondée en 1941 par Michel Riff et spécialisée dans la tôlerie fine, la chaudronnerie et la production d’armoires électriques. Elle s’installe à la fin des années cinquante rue Jean Jaurès, dans les anciens locaux du Mondial Garage, bâtis en 1921 par Auguste Goarnigou et son gendre Daniel Manrot. Son activité a aujourd’hui été reprise par ATL.

La DITO-SAMA (matériel agroalimentaire), est créée en 1945 à Montluçon, transférée en 1955 à Aubusson et absorbée en 1987 par le groupe Electrolux. L’édification des bâtiments de la SAMA, dans le quartier de la Beauze, est confiée à l’architecte de la commune, Paul Pinlon, également auteur de la rénovation des abattoirs et de la reconstruction de la manufacture Sallandrouze Frères. Privilégiant les matériaux modernes, il installe les ateliers de production dans huit larges travées en béton bâties sous des sheds recouverts de plaques ondulées en fibres-ciment, un support inoxydable, incombustible et ingélif. Le plan rectangulaire régulier de ces ateliers offrait une large surface de travail aisément modulable, puisque conçue sans séparation, à l’image d’une immense plate-forme. En 1976, le secteur de la construction électrique regroupait encore 730 salariés, à Aubusson. Il surpassait la tapisserie (410 emplois), la transformation de matières plastiques et la fonderie d aluminium.

Pour conclure ce panorama : deux cartes postales qui ont guidé cette étude et l’ont légitimée. Elles conservent le souvenir d une ville d Aubusson où les cheminées de brique, comme autant de symboles de la puissance industrielle, s’égrenaient le long de la Creuse. En 1976, Aubusson était encore la première commune industrielle du département. Le but de ce recensement était aussi de réhabiliter cette vérité historique.

Sur cette vue de l’usine Sallandrouze (porthographié ici Salandrouze par l’éditeur Charrière) et du château se révèle une fois de plus tout le passé industriel d’Aubusson : Sheds, immenses baraquements, cheminées infinies (à remarquer celle du bas de l’image, une de celle de la rue des tanneurs)…

On peut aussi y voir l’immense terrain vague descendant sur la Creuse qui deviendra Jardins ouvriers puis rue des Lissiers.

Une lettre de rappel (en blanc) imprimée à l’imprimerie Léo Moluçon. Pas commode le syndicat de cette époque : si vous ne payez pas votre cotisation, il appelle votre attention sur les inconvénients qui, selon votre attitude, pourrait résulter pour vous ».

Lettre de rappel de cotisation du « Syndicat des ouvriers en tapis et tapisseries d’Art d’Aubusson » en 1920

Statuts du Syndicat corporatif des ouvriers en Tapis et Tapisseries d’Art d’Aubusson

Petit livret rouge daté de 1920, les « Statuts du Syndicat corporatif des ouvriers en Tapis et Tapisseries d’Art d’Aubusson » étaient vendus 50 centimes. Ce livret devait se trouver dans la poche de chaque ouvrier car c’est un véritable mode d’emploi du métier. En voici la couverture et la section chômage si préoccupante à l’époque.

Aide au peuple russe et aux travailleurs du Nord

« J’ai la chance actuellement de travailler sur un registre de réunions du syndicat des ouvriers en tapis et tapisseries d’Aubusson de 1919 à 1921 ».

Pour aujourd’hui, démontrons la solidarité de ces ouvriers qui gagnaient 9 francs par jour et que ça n’empêchait pas de penser à plus démunis.

Le 26 Août 1921, le syndicat des ouvriers en tapis et tapisseries d’Aubusson lance une souscription pour venir en aide au « peuple russe affamé » et aux « courageux travailleurs du Nord » alors en grève.

Le texte du registre : Le bureau de faire circuler immédiatement des feuilles de souscription en faveur du peuple russe affamé et en faveur des grévistes du Nord qui luttent depuis plusieurs jours contre le patronat rapace.

Le bureau du syndicat des ouvriers d’Aubusson, après la Confédération Générale du Travail, la fédération du Textile, l’Union des S. et L. Creuse croit en son devoir d’engager tous les ouvriers d’Aubusson sans distinction de partis ou de religions à sacrifier une infime partie de leur nécessaire, pour les humbles, et davantage, chez les plus favorisés, en faveur du malheureux peuple russe et des courageux travailleurs du Nord.

Dans de telles circonstances, donner devient un impérieux devoir. Les feuilles circuleront dans toutes les fabriques et dans tous les quartiers.

Envoyer un commentaire concernant : "Jeton de Pain Conférence d’Aubusson"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com