DUMBÉA – Du 21 au 27 septembre 2015

dumbea

Deuxième commune de Nouvelle-Calédonie par sa population, Dumbéa est une ville jeune dont 45% de la population à moins de 25 ans. Commune du Grand Nouméa, située au cœur et au barycentre de l’agglomération, sa principale particularité est de réunir à la fois un caractère très urbain au sud qui contraste avec la ruralité du nord de la commune.

Si le premier acte constitutif de Dumbéa est un arrêté datant de 1868 et qui en fixe le périmètre, ce n’est qu’en 1961 qu’elle devient une mairie de plein exercice. Victor Fayard en est le premier maire et exerce jusqu’en 1967. Cinq hommes se succèdent ensuite à cette fonction jusqu’en 2008, date d’élection de l’actuel maire, Georges Naturel.

L’histoire de Dumbéa est traversée par différents essais économiques, allant de la culture de la canne à sucre en 1862 à l’exploitation des mines de Nickel ou encore celles de charbon exploitées par la société des Charbonnages de Nouvelle-Calédonie qui s’installe à Val Suzon et qui fera faillite en 1907.

dumbea-01

Dumbéa reste longtemps une commune rurale, faisant parti de la « brousse » calédonienne notamment pour les habitants de la capitale, Nouméa. Avant de devenir petit à petit une ville dîtes « dortoirs » pour les travailleurs nouméens en mal de foncier.

Depuis quelques années, Dumbéa est devenue une véritable ville en construction, ces nombreux projets dont notamment la réalisation du « Médipôle » mais également la mise en place d’une véritable zone industrielle, vont contribuer à l’accroissement démographique et au développement économique de la commune. Petit à petit, un centre-ville se met en place dans le quartier de Koutio, destiné à devenir le cœur de cette ville en construction. On estime d’ailleurs que la population de la commune doublera d’ici quinze ans.

A l’échelle de l’agglomération du Grand Nouméa, Dumbéa est une ville dynamique, vivante, multiculturelle, à l’image de la Nouvelle-Calédonie du XXIe siècle.

Inauguration « Le pain dans la Grande Guerre » a Dumbéa.

C’est du 21 au 30 septembre, que l’exposition  Le pain et la Grande Guerre , intégrée au programme du Mois du Patrimoine de la Province sud de la Nouvelle-Calédonie, a pris possession du Centre Culturel de Dumbéa.
L’exposition bénéficiant de la grande salle de spectacle, l’ensemble des panneaux ont pu être présentés, lui donnant ainsi toute son ampleur et sa beauté.

Sans titre

La Minoterie de Saint Vincent partenaire de l’exposition, présentait à cette occasion, différentes graines et sous-produits issues de la mouture du grain de blé, ainsi que différentes farines pouvant être utilisées pour la confection de pain.

Sans titre2

L’association In Mémoriam, a pris en charge les visites des scolaires et à réalisé pour ce faire un livret servant de guide aux enfants par une série de questions dont les réponses étaient contenues dans les panneaux présentés.

Sans titre3
J’ai réalisé le pain de munition du Poilu, le pain KK et le Field bread pour les alliés, toutes ces réalisations étaient en exposition et en dégustation. Je présentais également les ANZAC cookies chers à nos amis Australiens et Néo-zélandais.

Était également présenté : un PPs sur les pains dans l’histoire, les étapes du grain de blé à la farine, et la diversité des pains existant dans le monde.

Sans titre4
Tout était en place pour l’inauguration. Le Maire de la commune de Dumbéa, M. Georges Naturel accompagné du Directeur du groupe Saint Vincent M. Yves Jean-Baptiste, de la
Présidente de l’association In Mémoriam Mme Catherine Cateland, ont dit quelques mots pour ouvrir cette exposition, les élus et les invités ont pu déambuler et découvrir les différents thèmes présentés, avant de partager le verre de l’amitié autour d’un buffet campagnard avec bien sûr la dégustation des différents pains.

Sans titre5
Chacun y est allé de son souvenir rapporté par les grands parents, ou de son anecdote, mais la plus grande surprise pour beaucoup a été le pain KK.
L’exposition était ouverte elle n’attendait plus que les visiteurs et les classes d’élèves. Nous avons eu le plaisir de pouvoir accueillir 120 élèves.

Emmanuel Cesteré, Toulousain Coeur Cinsère, C.P.R.F.A.D.

Laisser un commentaire