Pain Politique

En politique, le pain était utilisé comme un symbole fort de sécurité et de prospérité, signe d’opulence ou de misère, de servitude ou de liberté, en voici quelques exemples…


Chez les romains, «le pain et les jeux» servaient à l’empereur pour donner la bonne humeur au peuple. Panem et circenses, « Il ne pense qu’à manger et à se divertir. » est une citation du poète satirique Juvénal dénonçant les vices de son époque , il critique le peuple qui, ne réclame que deux choses.

Le pain dans la propagande politique:

Copie de Economie de pain

Pendant la guerre, en période de disette, le pain était coupé en tranches fines, par souci d’économie, une impression de durer plus longtemps.

Img001

La Une du journal du Front Populaire en 1936, le pain représente la fin de la misère.

L’affiche ci-dessous est de la propagande allemande accusant les résistants d’incendier des récoltes, d’être responsables de la pénurie de blé et donc de pain ainsi que du rationnement avec l’instauration de ticket de pain,  ORAFF, office de répartition de l’affichage créé en 1941 à Paris par les  services de propagande allemande, août 1943.

Affiche de propagande soviétique « L’Allemand mange le pain de nos enfants. Aidons le front à exterminer les allemands ! »

Affiche communiste allemande des années 1930 : « Le capitalisme vous vole jusqu’au dernier morceau de pain »

Les taxes du pain:

Les taxes sur le pain était une arme pour réguler la faim et la santé morale du peuple. il existe une multitude de taxes sur le pain dans l’histoire de la France, avant la révolution française, il existait par exemple, dans le nord-est de la France la taxe appelée BACHELON/BACHRLON sur la cuisson du pain.

Ordonnance concernant la taxe du pain

L’ordonnance concernant la taxe du pain à Auvillar Tarn et Garonne 1811, les boulangers de la cité réclamaient une modification de cette taxe datant de 1758, les salaires et les prix des matières premières nécessaires à la fabrication du pain ayant nettement augmentés !

Taxation du prix des farines

Taxes sur le prix du pain, les communes pouvaient imposer des taxes directement sur le pain.

Taxe du pain

La taxe Leyde était une taxe en nature ou en argent sur les grains et marchandises qui se vendaient au marché du Châtelard, un village dans le massif des Bauges en Savoie. En 1347, les boulangers doivent des impôts taxés sur le pain, cela jusqu’à la fin du 18 ème siècle, fixées par le sénat de Savoie. Un calcul des prix pour la vente du pain indexée sur le prix de vente du blé sur les marchés du Châtelard. Lorsque le blé sera vendu depuis 15 sols jusqu’à une livre (la bichette) le prix d’une livre de pain sera de 1 sol et 3 deniers. Lorsque le prix de la bichette de froment augmentera de 5 sols, le pain augmentera de 3 sols.

L’exercice du métier de boulanger était sous très haute surveillance dès le XIIIème siècle. il y a eu beaucoup de condamnations de boulanger. L’autorité Royale perçoit très tôt que l’approvisionnement  de la capitale en blé est un élément essentiel de la paix sociale. Le peuple de Paris accusait fréquemment les boulangers d’être responsables de la hausse du prix du pain. Les plus anciens règlements concernant l’exercice du métier de boulanger datent des VIIème et VIIIème siècles.

C’est le – Livre des métiers – d’Etienne Boileau, rédigé vers 1268, qui marque le début d’une surveillance extrême des conditions de fabrication et de vente du pain en France. Certains articles précisent les modalités de fixation des prix des trois ou quatre qualités officielles de pain, du plus blanc au plus complet. D’autres lois se mettent en place pour contrôler les fraudes sur le poids et la cuisson. Une véritable police du pain s’instaure vers 1366. Elle surveille les boulangers et dispose d’un arsenal de peines pouvant aller jusqu’aux punitions corporelles.

Aux XVIIème et XVIIIème siècles, durant les émeutes de subsistance, « la fureur est au pain » et la police se range du côté des commerçants qui protègent leurs boutiques des pillages du peuple. Il arrive alors que les voleurs de pains soient pendus. Mais souvent, lors d’une révolte,  le premier pendu était le boulanger, accusé d’être la cause du manque de pain.

Voici quelques exemples de condamnations qui eurent lieu au cours du XVIIIème siècle:

Département de police, commune de Paris. Rédigé en l’an II de la République, sous le régime de la Terreur, le 1er Nivose (qui correspond au 21 Décembre 1793) : Le boulanger Jean Claude Gaultilt a été envoyé à la maison d’arrêt de la conciergerie pour avoir laissé moisir du pain chez lui qu’Il aurait du donner aux pauvres ou le vendre. Il risque la guillotine.

Le 22 Juin 1709 à Paris, année de record de froid et donc de mauvaises récoltes. Quelques jours avant la sentence, il y avait eu une émeute de la faim à Paris, les gens s’en sont donc pris aux boulangers. Cet arrêt est collectif contre des boulangers ayants vendu du pain trop cher et qui n’avaient pas fait de pain pour les pauvres vendu moins cher. Ils sont condamnés à des peines de mille livres (une somme énorme à l’époque).

Sentence de police du 31 Mai 1726, Le maître boulanger Claude Roger a été condamné à 500 livres d’amende pour avoir vendu du pain qui ne faisait pas son poids.

Sentence de police du 19 Avril 1723, Le boulanger Nicolas Megret, condamné à 300 livres d’amende et à la fermeture temporaire de sa boutique pendant 3 mois laquelle sera murée. Il avait vendu son pain trop cher.

Le rationnement du pain pendant la guerre.

Manifestation des boulangers français à Paris contre les 35 heures, en 2001.

En language politique, on use souvent du symbole du pain:

« Quand j’aurais appris qu’une nation peut vivre sans pain, alors je croirai que les Français peuvent vivre sans gloire »

Napoléon 1er

«S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche.»

Marie Antoinette.

«Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple.»

Georges Jacques Danton.

«Au contraire, pendant quatre années, par mon action j’ai maintenu la France, j’ai assuré au français la vie et le pain.»

Le Maréchal Pétain déclare lors de son procès en juillet 1945.

«Pourquoi a-t-on tant lutté pour la liberté ? Parce qu’elle est comme le pain, existentielle.»

François Mitterrand.

«J’apprécie plus le pain, le pâté, le saucisson, que les limitations de vitesse.»

Jacques Chirac.

«L’emploi, c’est comme le pain, ça se partage.»

L’abbé Pierre.

 

«Un sandwich polonais, c’est deux tickets de pain avec un ticket de jambon au milieu.»

Coluche.

Laurent Bonneau Normand la Fidélité CBRFAD

Envoyer un commentaire concernant : "Pain Politique"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com