Pain aux os… du cimetière des Innocents

Á l’époque, les Français consommaient près de 1 kilo de pain par jour et par personne. Mais ils ne savaient pas toujours ce qu’ils avalaient ! Il n’était en effet pas rare que des boulangers peu regardants ajoutent à la farine ce qui leur tombait sous la main : fécule de pomme de terre, os moulus, cailloux en poudre… La monarchie veillait à ce que les tricheurs soient sévèrement châtiés en place publique et que cela serve d’exemple. En 1316, alors que la famine ravageait l’Europe, 16 boulangers furent condamnés au pilori, puis chassés du royaume pour avoir mêlé des ordures à leur pain (1).

Paris, vers 1600.

Á Paris, quand Henri IV assiégea la ville « Il se fit alors, dit un historien, ouverture d’un moyen étrange et duquel on n’avait jamais ouï parler, qui estoit de faire passer sous la meule et par le moulin, les os des morts qui sont aux Innocents de Paris, et de les réduire en poudre, pour, d’icelle trempée et molifiée avec de l’eau, en faire pain…

Ossements du cimetière des Innocents deposes dans les catacombes le 2 juillet 1809.

Ce pain fait des os de nos pères, qu’on appelait. le pain de Mlle de Montpensier parce qu’elle en exaltait partout l’invention (sans toutefois en vouloir taster), ne dura guère, car tous ceux en mangeoient en mouroient. »

Le charnier des Lingères du cimetière des Innocents, parallèle à la rue de la Ferronnerie, était orné d’une fresque intitulée Danse Macabre.

Á Gênes, en 1799, on broya également des ossements arrachés aux sépultures pour en mêler la poudre aux rares farines qu’on trouvait encore dans les ville.

(1) Extrait de Capital ( 10/05/2013), article intitule : Scandales alimentaires : du pain au talc a la viande de cheval. Par Marie Charrel.

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Envoyer un commentaire concernant : "Pain aux os… du cimetière des Innocents"