Saint Honoré Nîmes 1932

Sans titre2

La Saint Honoré de la Cayenne de Nîmes des Compagnons Boulangers du Devoir en 1932.

 

Sans titre2

Premier rang, de gauche à droite : inconnu, Gaston DUHAMEAU, Blois l’Ami des Compagnons; René EDELINE, Tourangeau la Franchise; Jean-Baptiste BRO, Quercy le Franc-coeur; la Mère LAHONDES; Baptiste AVRILLON, Vivarais la Franchise; Marcel DREVET, Dauphiné la Fierté du Devoir; deux Compagnons menuisiers du Devoir :  VERMAND, Maurice le Blois et AUDRI, Robert le Blois.

Au second rang, de gauche à droite: Edouard  THOMAS, Languedoc l’Exemple de la Conduite; un compagnon maréchal-ferrant non identifié; un compagnon menuisier MOTTAIS Albert le Tourangeau; inconnu; PAUL (CBDD sans informations à son sujet); Gaston CHESNEAU (Aspirant, futur Blois Coeur Joyeux); Lucien JOUZEAU (aspirant, futur Blois l’ami de l’Honneur) ; inconnu ; un Compagnon des Devoirs Unis; SAINT ETIENNE, Vivarais Va de Bon Coeur , Compagnon maréchal-ferrant du Devoir; un Compagnon maréchal-ferrant du Devoir, non identifié.

Mes adieux à la ville de Nîmes
Air : des adieux a la ville de Blois
Ou : Bons habitants de la Bretagne

 

Refrain
Prenez vos couleurs et vos joncs
Venez me faire la conduite
Car le Devoir des Compagnons
M’engage…………………..
…………………………………
(manuscrit déchiré)

 

Je viens vous faire mes adieux
Frères de la ville de Nîmes
Les souvenirs de ces doux lieux
Seront pour moi toujours intimes.

 

Voici le retour du printemps
Le rossignol dans son langage
Vous dit de mettre sur les champs
Un enfant du Compagnonnage.

 

C’est a regret ma toute belle
Que je te fuis quelle douleur
Mais plus loin le Devoir m’appelle
Adieu, car j’entend le rouleur.

 

Des romains les travaux antiques
J’admire la magnificence
Mais je dois quitter ces reliques
Pour terminer mon tour de France.

 

Embrassant la Mère et le Père
De joie mon âme est un délire
Je leur souhaite un sort prospère
Et les engage à vous redire.

 

Belle cite Bons compagnons
En ce jour, je vais vous quitter
Vidons ensemble cent flacons
Puis en coeur venez tous chanter.

 

Bientôt s’arrête la conduite
Embrassons nous mes très chers frères
De vos adieux mon coeur palpite
Comme au doux tin-tin de nos verres.

 

Mon cher l’ami des Compagnons
Si dieu te laisse l’existence
Tu liras souvent mes chansons
Aujourd’hui chante cette stance.

 

L’auteur de cette poésie
Chantant fournil et gloriette
Vous dit adieu et vous répète.

Refrain

Louis DEQUOY, Blois la Fraternité 1875

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Envoyer un commentaire concernant : "Saint Honoré Nîmes 1932"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com