Maison Poirault Pâtisserie Confiserie à Tours

Jeton Pâtisserie – La livre Tournois de la Maison Poirault

Pâtisserie Confiserie à Tours

397 – Jean-Claude THIERRY. Collection privée

45mm, en métal doré. Le revers de ce jeton représente une pièce d’une « Livre Tournois », monnaie Française du 13° siècle, il fut reproduit en 1960, par la Maison Poirault, 6, Rue Nationale Tours.

Définition : En France, la livre carrollienne a été définie par Charlemagne pour un poids de 491 g; la livre parisis (489 g), introduite sous Louis VI, se subdivisait en 20 sols (sous) et le sol en 12 deniers. Le denier étant la monnaie courante, la livre de 240 deniers jouait le rôle de monnaie de compte. Par la suite, son poids de métal, argent ou or, a été successivement réduit, et les pièces frappées à l’atelier de Tours (livre tournois) pouvaient avoir des valeurs différentes. Les pièces ont pris également le nom de franc à partir de 1360; franc et livre désignèrent l’unité monétaire française jusqu’à la Révolution.

« En 1356 Jean le Bon fut fait prisonnier à Poitiers par les Anglais ; afin de le rendre « franc », c’est-à-dire libre, fut frappée une pièce d’or fin valant 1 livre tournois, dont la légende était : « Jean, roi des Francs par la grâce de Dieu » écrite en Latin ; cette pièce garda le nom de franc, puis l’on prit l’habitude d’appeler « franc » la livre tournois jusqu’à la fin du 17e siècle ». (Source numismatique : l’écu, le Franc, la livre, le Louis).

L’Agence Sixième Saveur via sa marque Sixième Saveur Cooking propose l’évènement Poirault Revival : 1960-1982. Un hommage à l’une des plus belles pâtisseries-confiseries de France.

Une belle histoire racontée en images et gourmandises ; un hommage en trois temps pour se remémorer de délicieux moments gourmands dans l’un des plus beaux salons de thé de Tours.

Fondée en 1807, la pâtisserie Roche, a connu à travers les siècles de nombreux propriétaires, des chefs pâtissiers passionnés qui ont transmis aux générations qui leurs succédé le patrimoine culinaire sucré Tourangeau. Sucres d’orges de Tours, pruneaux farcis, nougat de Tours, autant de spécialités qui restent inscrites à l’inventaire du patrimoine gastronomique de la région Centre, mais aussi dans le cœur de nombreuses familles Turonnes.

En 1945 la pâtisserie devenue pâtisserie Massié (du nom de son propriétaire à l’époque) est détruite par les bombardements. Son laboratoire de production sera déplacé avenue de Gramont le temps des travaux de reconstruction.

Dans les années 50 elle est rachetée par la famille Poirault, qui la cède en 1960 à Serge Postel, maître pâtissier.

 

Projet : Le CFA Tours Alternance Formation partenaire de l’évènement

Ce projet est mené en collaboration avec le CFA Ville de Tours, Michel Guillopé et Jean Marie Soignier, artisans pâtissiers, ex salariés de l’établissement Poirault. Mené sur deux ans, il donnera la possibilité à deux groupes d’apprentis du CFA en Mention Complémentaire Pâtisserie de travailler sur les pâtisseries célèbres de l’institution Poirault. Concorde, Bouffan, Millefeuille, Fraisier, Colombier, Saint Grégoire, Langues de chat et éclairs, mais aussi Galettes orange, Roussottes et Souvenirs, … autants d’appellations sucrées qui résonnent encore à la mémoire gourmande des Tourangeaux. Coachées par leur professeur les deux équipes auront comme consigne de reproduire à l’identique dans les règles de l’art de l’époque ou de revisiter les desserts sélectionnés.

Livre tournois

La livre tournois (parfois écrit « livre Tournois », abrégé L, liv., lt ou ₶) est une ancienne monnaie de compte française valant 240 deniers ou 20 sous, frappée originellement à Tours et qui fut utilisée en France sous l’Ancien régime. Elle remplace progressivement la livre parisis à partir du XIIIe siècle mais ne devient l’unique monnaie de compte qu’en 1667. Elle disparaît au moment de la création du franc français en 1795.

 

Histoire de l’unité de compte

Au Moyen Âge, la livre tournois est d’abord utilisée à l’abbaye Saint-Martin de Tours où l’on frappait des deniers dits « tournois ». Elle est également utilisée dans plusieurs principautés, particulièrement en Hainaut et en Bourgogne.

  • En 1203, avec le rattachement de la Touraine à la couronne, sous Philippe II de France, elle remplace la livre parisis comme monnaie de compte du domaine royal.
  • En 1262, la réforme monétaire de Saint Louis étend le cours légal de la livre tournois au royaume. La livre tournois vaut alors 20 sous ou gros tournois de 4,2199 grammes d’argent à 958/1000e soit 20 x 4,044 = 80,88 grammes d’argent fin (ou environ 6,74 grammes d’or au cours de l’or variant à l’époque autour de 12 parts d’argent pour 1 part d’or).

Philippe le Bel crée le double tournois, monnaie qui sera frappée jusqu’au règne de Louis XIII. Six doubles tournois valent un sou tournois (12 deniers).

  • En 1360 est créé le franc à cheval valant une livre tournois. Frappé à trois millions d’exemplaires, il va servir à payer la rançon du roi Jean II le Bon.
  • En 1549, la livre tournois est décrétée unité de compte pour la tenue des comptabilités. Cette ordonnance royale est confirmée en 1602, après une courte période, entre 1577 et 1602, pendant laquelle la tenue des comptes devait être faite en écu, qui était la monnaie de règlement.
  • En 1667, la livre tournois supplante définitivement la livre parisis, qui continuait à être utilisée dans quelques régions du royaume.
  • En 1720, après la banqueroute du système de Law, la dénomination officielle de la livre tournois devient la « livre » (0,31 grammes d’or pur).
  • En 1726, la réformation institue la livre contenant 4,50516 g d’argent fin, ce qui constitue de fait une importante dévaluation par rapport à la fin du règne de Louis XIII.
  • En 1795, le franc remplace la livre comme unité de compte monétaire.

Envoyer un commentaire concernant : "Maison Poirault Pâtisserie Confiserie à Tours"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com