Le blé «Miracle»

1449707802_Miracle_de_Chine

« Les froments les plus productifs sont les froments rameux » écrit Pline l’ancien au premier siècle de notre aire.


A cela, 17 siècle plus tard, Henri de Vilmorin (1880) change tout à fait le registre et qualifie ce blé ramifié ou dit « miracle » de «monstruosité ».
Un siècle avant H. de Vilmorin, Alexandre Henri TESSIER, dans l’Encyclopédie méthodique, écrit en 1784 de ce blé de miracle, qu’il «ne sème que par curiosité dans beaucoup de pays, et par conséquent en petites quantités».
«Un objet de curiosité » plutôt «qu’une variété réellement recommandable » confirme encore H.de Vilmorin.
Et c’est toujours pour sa grande spécificité qu’on le retrouve encore actuellement, chez les paysans boulangers français et européens, où on le choisi pour «agrémenter l’intérêt» lors des visites des mini-parcelles de collection de blés.

En France on dénommera ce blé , «Miracle» comme il a toujours «eu le don de frapper vivement l’imagination des ignorants et des cultivateurs novices qui s’imaginent en obtenir des rendements prodigieux, tandis qu’ils ne donnent en général qu’un produit assez médiocre, surtout au point de vue de la qualité» écrit H. de Vilmorin.
Pour comprendre ces derniers propos, c’est généralement des blés plutôt durs que tendres qui ramifient, d’où la destination préférentielle pour la pastification et moins la panification.
Les anglais vont appelé ce blé miracle ; Egyptian wheat.
Le nom «blé de monie» existe aussi dans ses synonymes, parce que l’on fera circuler sur lui la légende d’une semence retrouvée dans les fouilles de tombeaux enfouis dans les pyramides et qui aurait re-germé.
Très peu plausible, cette re-germination après 17 à 20 siècles, alors qu’après 5 ans sans être re-semé, le taux de germination décroit déjà fortement, d’autant plus que si le froid et sec sont bien présent ou pas.

Le nom que lui donneront les italiens : «grano a grapolli», représente bien la morphologie de ce blé, un blé à grappe.
Dans l’inventaire des dénominations des vieux blés réalisé en latin, par Gaspard Bauhin en 1671 (Théatre Botanique…), les noms de blés à épis multiples (spica multipli), blé rameux (ramosum), ou blé composé (compositum) lui sont attribués.

Dans les terres riches, on remarque plus facilement ces blés « Miracle » et cette propriété de ramification, est précisément due au sol fertile, plus qu’une propriété propre à une variété de blé unique.
On peut retrouver ces ramifications sur les variétés de blés poulards principalement, mais aussi sur d’autres (le grand épeautre par exemple).

«Dans les terres pauvres, il n’est pas rare de voir l’épi perdre partiellement ou complètement son caractère, et reproduire alors la forme à épi simple d’un des blés poulards» écrit encore, H. de Vilmorin confirmé par les observations d’Augustin De Candolle .
Plus ou presque pas de ramifications ou épis multiples pour les poulards dans les terres pauvres, comme le prouve ces planches de poulards « faiblement miraculeux » en Australie et en Allemagne.

1449709869_Bles_Miracles_

Blés poulards qu’auparavant étaient surnommé «gros blés» ou dans le Sud, «blés de gaudelle» et c’était le Massif Central leur zone de prédilection.  Mademoiselle Dusseau qui fit son doctorat en 1931, sur les les blés d’Auvergne y décrira principalement des poulards.

1449709699_Poulard_d_Auvergne_epi

Le poulard d’Auvergne qui est de ceux décrit par A.Dusseau

En Angleterre, si vous voulez pister les poulards, cherchez-les sous l’appellation «rivet», puisqu’ils sont bombé comme un rivet.
En Allemagne, on l’appellera « blé anglais », même si ces origines se situe plus au Sud.

1449748176_Poulards_rameux_egyptiens_b

Les alluvions de la vallée du Nil donneront l’occasion de produire ces épis multiples, ce qui expliquent bien leur ramification très présente là en Egypte, un de leurs pays d’origine.
C’est un égyptien (Salah Gowayed) réalisant son doctorat dans ce XXIème siècle sur les blés de son pays qui mettra en évidence le phénomène de différentes ramifications ou branchements
En allant récupérer dans les banques de semences du monde entier les blés égyptiens et en les replantant, ils les observera sur toutes les coutures.
On lui doit ainsi, quelques éclaircissements sur de nombreux blés ramifiés et notamment cette troisième glume, qui signe d’après lui, la domestication de ces blés. 1449708378_Type_d_epis_de_triticumPour suivre le travail en anglais de Salah Gowayed…

Marc Dewalque.

Commentaires concernant : "Le blé «Miracle»" (1)

  1. Piccioli a écrit:

    Bonjour, je vous remercie pour l’ampleur des pistes que vous proposez dans cet article sur le blé. Vous pourriez juste corriger la coquille qui se cache me semble-t-il dès l’introduction !
    S’agit-il vraiment de notre Aire ou plutôt de notre Ère ? Au mieux les deux !
    Cordialement

Envoyer un commentaire concernant : "Le blé «Miracle»"