Eugene Honora Guiset, Blois la Fierté du Devoir.

Sans titre1

Cet article fait suite à celui publié antérieurement sur la canne d’Eugene Guiset, il est écrit grâce aux informations et documents photographiques mis à notre disposition, par les descendants d’Eugene GUISET, lecteurs du CREBESC.

Eugene GUISET, est né le 22 décembre 1872  à Tripleville (41), ses parents, Théophile Maximilien GUISET et Eugénie Mélanie, née DURAND exercent la profession de cultivateur dans cette commune.

Il fait ses classes en 1892, et est enregistré sous le numéro 1170 a Blois (livre3).

Marié le 9 janvier 1899  à Blois (41), avec Marie-Jeanne Léontine GILLET (née en 1876) dont le père est charcutier à Bracieux (41). De cette union naissent deux filles, Marie-Thérèse et Madeleine (Photo ci-dessus, archives familiales).

Cinq années plus tard, il est reçu a Blois, le jour de la Saint Honoré 1904, sous le nom de Blois la Fierté du Devoir. Il adhère à la mutuelle du « Ralliement des Compagnons du Devoir », section de Tours, en 1908. Il est domicilié et installé à Blois (adresse inconnue à ce jour).

Sans titre2

Registre des réceptions des Compagnons boulangers du Devoir de la ville de Tours.

Sans titre3

Sans titre4

Eugene GUISET, Blois la Fierté du Devoir, marque d’une croix.

 Fête dite des « Anciens Compagnons Réunis du Devoir de Blois » qui s’est déroulée le 15 août 1909,  pour ces 29 années (dite de Réconciliation) à l’Hôtel de la Croix Malte, chez M. Ferrand. Il y a un Ferrand Louis, Vendôme le Décidé reçu à Blois à la Saint Honoré 1905, est ce le même ?… (Archives familiales)

Sans titre5

Place de la Croix de Malte, nous distinguons la façade de l’Hôtel de la Croix de Malte, avec son enseigne sur le toit. Cette hôtel, étant donné ses salles de réception très luxueuses, étaient très apprécié des associations blaisoises, dont les Compagnons du Devoir.

Blois la Fierté du Devoir  n’a pas effectué de tour de France, cela peut surprendre, mais il fut reçu quatre ans après son mariage. Cette pratique était assez courante à cette période, en effet, le jeune et « moderne » syndicalisme attire bien plus la jeunesse ouvrière que le compagnonnage, qui passe pour être « jaune » et « ringard »…
Les compagnons boulangers (comme d’autres nombreuses corporations) décident de recevoir des ouvriers ou patrons mariés, cela afin de conserver un effectif suffisant pour faire vivre la ville de passage, en l’occurrence Blois, ville où fut fondée la première Cayenne des compagnons boulangers du Devoir en 1810-1811, tout un symbole.

Les Compagnons boulangers veulent donc, encore plus qu’ailleurs, conserver cette ville ouverte…

La tradition orale et familiale nous rapporte que Blois la Fierté du Devoir était réputé pour l’excellence de sa brioche.

Sans titre6

Blois la Fierté du Devoir à 60 ans en compagnie de sa fille Madeleine, se promenant sur les bords de Loire à Blois (1932). (Archives familiales)

 Il décède le 16 juin 1954 à BLOIS, à l’âge de 81 ans.

Je tiens a remercier tout particulièrement Messieurs Michel GUISET, arrière-petit-fils de Blois la Fierté du Devoir, qui a mis a notre disposition les photographies de son arrière-grand-père, et Eric GUISET, généalogie passionné, membre de la famille, qui a découvert sur le CREBESC Blois la Fierté du Devoir, qui a établi les fertiles contacts.

Grand MERCI à tous les deux!

Sans titre7La Concorde

Chanson composée par Louis DEQUOY, Blois la fraternité, le 10 aout 1881, destinée au 1 er banquet des « Anciens Compagnons reunis de la ville de Blois » qui eu lieu le 15 aout 1881. Elle fut chantée ce jour là par son auteur. Air :Nostradamus

Nous vivons tous dans une paix profonde
Depuis longtemps la haine a disparu
Les Compagnons verront finir le monde
Dans la bonheur par l’accord survenu
Oublions donc ces erreurs d’un autre age
Que le present nous serve a tous d’exorde
Et chantons tous cette maxime sage
Salut a toi (bis) belle et douce concorde (bis)

Tels sont ces chants qui frappent mon oreille
Des chants d’amour retentissent dans l’air
Vos doux echos, Paris, Lyon, Marseille
Du riant Tour, font un joyeux concert
Que le Progres, dans sa marche ascendante
Repousse au loin tout brandon de discorde
Redisons tous dans cette heureuse attente
Salut a toi (bis) belle et douce concorde (bis)

Honneur a vous Compagnons pacifiques
Qui les premiers concurent le projet
D’unifier nos lois Compagnonniques
Nous vous suivrons dans ce sage trajet
A votre appel aucun n’est reste sourd
Avec l’amour desormais  l’on s’aborde
Puis avec nous redites tour a tour
Salut a toi (bis) belle et douce concorde (bis)

Puissant Devoir doux charme de ma vie
De mon printemps tu dirigeras le cour
Ta bienfaisance et ta douce harmonie
Embelliront jusqu’a nos derniers jours
Chers Compagnons a ce titre que j’aime
A ce banquet de joie mon coeur deborde
Chantons donc tous en ce beau jour supreme
Salut a toi (bis) belle et douce concorde (bis)

Tant que Phebus de son disque brillant
Eclairera la majeste des cieux
Et que Phebe du levant au couchant
Sera mon guide au sentier tenebreux
Tant qu’Apollon, Dieu de la poesie
Oui de mon luth saura guider la corde
Je chanterai jusqu’au bout de ma vie
Salut a toi (bis) belle et douce concorde (bis)

Freres, l’auteur en ce jour memorable
Vous offre ici ces biens faibles Couplets
Pour le Devoir sa muse favorable
Fera toujours le voeux les plus parfaits
Sachez son nom, c’est la Fraternite
Aux Fondateurs souvent il se recorde
Aux Compagnons il porte une sante
A l’Union (bis) la paix et la concorde (bis)

(Illustration; Canne de Blois la Fierté du Devoir, au centre. Archives CBDD AOCDD Paris – Photographie L .Bourcier 2004)

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Pour faciliter des futures recherches, voici les différents Compagnons identifiés sur la photographie de groupe.

Sans titre8

Fernand PEARRON, Blois Plein d’Honneur,

Compagnon boulanger du Devoir,

reçu à Blois à l’Assomption 1893 (16 novembre 1873 a Blois / + 3 mars 1954).

Sans titre9

Louis BARTHES, Plein d’Honneur le Languedocien,

Compagnon cordier du Devoir,

reçu à Nantes à Noël 1886 ( 4 juillet 1868 à Marseillan / +1941).

Sans titre10Gustave HERAULT, Tourangeau Coeur Loyal,

Compagnon boulanger du Devoir,

reçu à La Rochelle à la Noël 1877

médaille de Chevalier de l’Ordre de Maitre Jacques et Soubise sur la poitrine (16 mars 1860 à Saint Christophe sur le Nais / + 23 décembre 1937).

Sans titre11Ernest LECLERC, Blois la Sagesse,

Compagnon boulanger du Devoir, reçu à Blois à la Toussaint 1880 ;

avec sur la poitrine la médaille des prud’hommes dont il était membre (1862 / + juin/juillet 1914).

Sans titre12 -Raoul GUERIN, Blois Va de Bon Coeur,

Compagnon boulanger du Devoir,

reçu à Blois à Pâques 1906 ( né le 2 fevrier 1880 à Contres).

Sans titre13-Henri ETOURNEAU, Nantais,

Compagnon couvreur du Devoir,

( 7 fevrier 1861 à Le-Loroux-Bottereau / +1934)

Sans titre14
-GILLARD, Vendome la Clef des Coeurs
,

Compagnon Charpentier du Devoir. 

Sans titre15-Marcellin MAUGENET, Poitevin l’Amour du Devoir,

reçu Compagnon Maréchal Ferrant du Devoir à Tours en 1902

(né à Thénezay le 22 avril 1883) 

Sans titre16-Edouard COTTEREAU, Blois la Belle Conduite,

Compagnon Couvreur du Devoir, reçu à Tours à l’Ascenssion 1907 (né à Blois  le 25 septembre 1886 / + 1964),

fils du Compagnon couvreur du même nom, Blois la Belle Conduite.

 

 

Commentaires concernant : "Eugene Honora Guiset, Blois la Fierté du Devoir." (1)

  1. Laurent Bourcier a écrit:

    Trés chers Amis du CREBESC,
    Une toute petite info de derniere minute, Blois la Fierté du Devoir a été Second en Ville (vice-président) de la Cayenne de Blois en septembre 1905.
    Merci à Tous.
    Picard la Fidélité.

Envoyer un commentaire concernant : "Eugene Honora Guiset, Blois la Fierté du Devoir."