Compagnon du Devoir

2_image001111

« Compagnon du Devoir », l’apparition de cette unité linguistique est historiquement très ancienne.

Remontons le temps à la recherche de son usage.

Dans l’Etude sociale sur les corporations compagnonniques , d’Auguste Bonvous compagnon passant couvreur, nous lisons « C’est seulement vers 1470 que les archives municipales font la mention des Compagnons du Devoir. Les garçons du Devoir, serruriers, en Poitou, fondent les compagnons serruriers du Devoir en se rangeant sous l’égide de Maître Jacques. »

484Extrait de « Étude sociale sur les corporations compagnonniques : Les compagnons du tour-de-France » par Auguste Bonvous, 1902.

Dans l’ouvrage de Maurice Tournier « Propos d’étymologie sociale« , nous lisons ceci : « compagnon(s) du Devoir » se rencontrent aussi dans les textes répressifs du XVIIe siècle contre les compagnons cordonniers de Paris. Ainsi, dans la sentence de l’Officialité de Paris (28 juin 1646), on lit : « Les prétendus Compagnons Cordonniers, qui se disent Compagnons du Devoir… »

Propos-d-etymologie-sociale2-Maurice-Tournier

Extrait de « Propos d’étymologie sociale » Volumes 1 à 2 Par Maurice Tournier

Le 18 septembre de la même année, un autre document fait état des « Compagnons Cordonniers soy disant Compagnons du Devoir« .

(textes reproduits par Emile Coornaert dans « Les Compagnonnages en France du Moyen Age à nos jours », 1966, p. 416-417.)

$(KGrHqIOKpkE6,zH+!DeBOyo9,E3rQ~~60_35

 

Quelques années plus tard, un procès-verbal contre les compagnons menuisiers de Dijon (24 juillet 1677) mentionne aussi la « compaignie du Debvoir » et les « compaignons du debvoir« .

(texte reproduit par Henri HAUSER dans « Les Compagnonnages d’arts et métiers à Dijon » (1907, réimpression Laffitte, 1979, p. 110-111).

482

Un travail plus approfondit mériterait d’être réalisé afin d’apporter de nouveaux éléments sur ce thème méconnu.

Laurent Bonneau, Normand la Fidélité C.B.R.F.A.D.

Commentaires concernant : "Compagnon du Devoir" (1)

  1. Laurent BASTARD a écrit:

    Si les mots « compagnon du Devoir » sont apparus il y a déjà bien longtemps, ils ne paraissent pas nés à la fin du Moyen Age, du moins en l’état de nos connaissances.
    En effet, la « source » d’Auguste Bonvous n’en est pas une. Il n’a jamais été retrouvé de pièces d’archives à Orléans où figureraient ces mots relatifs aux vanniers et aux forgerons. Bonvous s’appuie en fait sur les archives de ces corps ou des documents compagnonniques de fondations ou d’assemblées générales, qui ont été « arrangés » de façon à prouver l’ancienneté des compagnons. De même, on ne connaît rien sur les prétendus « compagnons serruriers du Devoir » en Poitou vers 1470.
    En revanche, c’est bien au milieu du XVIIe siècle (1646) que ces mots sont attestés dans les documents répressifs à l’encontre des cordonniers. Les occurences se multiplient ensuite.

Envoyer un commentaire concernant : "Compagnon du Devoir"

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com